Suède


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance


Mise à jour juin 2018

• Population (2017) : 9 995 153
• Taux de chômage (2017) : 6,6%
• PIB par habitant (2016) en SPA : 123
• Accroissement du PIB en volume (2017) : 0,9%
• Taux d’inflation (2017) : 1,9%
• Dépenses publiques en matière d’éducation en pourcentage du PIB (2011) : 6,82%
• Population âgée de 25-64 ans ayant suivi une formation (2017) : 30%
• Jeunes ayant quitté prématurément l’école et ne poursuivant ni études ni formation (2017) : 7,6%
• Population âgée de 25-64 ans ayant atteint la fin de l’enseignement secondaire (2017) : 85,2%
• Langues officielles : suédois

La Suède est une monarchie constitutionnelle et une démocratie parlementaire. Depuis la réforme constitutionnelle de 1974, la monarchie n’a plus qu’une fonction de représentation tandis que le pouvoir repose dans les mains du gouvernement (« Regeringen »). Le parlement (« Riksdagen ») est l’autorité décisionnaire de plus haut niveau et est composé d’une seule chambre de 349 membres élus au suffrage universel tous les quatre ans. Le pays est divisé en 290 municipalités (« Kommuner ») et 21 conseils de comté (« landsting »).
Le système scolaire suédois relève de la compétence des municipalités, des conseils de comté et de l’État à travers le Ministère de l’éducation et de la recherche. Les municipalités financent et assurent l’enseignement secondaire supérieur. Ils financent également la formation des adultes au second cycle de l’enseignement secondaire.
En plus de ces instances publiques, les acteurs privés peuvent également être approuvés en tant qu’organes de direction et gérer des écoles secondaires supérieures (fristående gymnasieskolor). L’inspection des écoles suédoises (Skolinspektionen) approuve ces écoles indépendantes qui sont entièrement financées par des fonds publics. La majeure partie du financement des écoles vient des recettes fiscales municipales, mais l’Etat verse aussi des subventions gouvernementales aux municipalités. Chaque municipalité détermine comment utiliser ces ressources.
L’État finance l’enseignement professionnel supérieur par l’intermédiaire de l’Agence suédoise pour l’enseignement professionnel supérieur.
Les lignes directrices des programmes de formation sont élaborées par le gouvernement et par l’Agence nationale suédoise de l’éducation.
Les partenaires sociaux coopèrent dans les conseils professionnels (yrkesnämnder) et dans les conseils de compétences (kompetensråd) : ils sont responsables des formations en apprentissage, de leurs examens et de leur certification.
Ils existent d’autres formes structurées de coopération entre les autorités nationales responsables du système de formation et les partenaires sociaux : au niveau national, ils y a 12 conseils nationaux (nationalella programråd), un pour chacun des programmes nationaux de formation professionnelle dans l’enseignement secondaire supérieur. Ces conseils sont des forums permanents de dialogue entre l’Agence nationale pour la formation (Skolverket) et les parties prenantes concernant la qualité, le contenu et l’organisation de l’EFP. L’Agence nationale pour l’éducation prépare et dirige les réunions de ces conseils, qui se tiennent environ six fois par an. Le Conseil du marché du travail (arbetsmarknadsråd) est un organe spécial rattaché à l’Agence nationale suédoise pour l’enseignement supérieur professionnel (Myndigheten för yrkeshögskolan) : il soutient le gouvernement en fournissant des informations sur le marché du travail, les domaines professionnels en cours de développement, les nouvelles qualifications qui peuvent être requises et les qualifications qui doivent être éliminées. Les membres de ce conseil sont des représentants du Service public de l’emploi (Arbetsförmedlingen) et les partenaires sociaux.

La formation initiale

La scolarité obligatoire a une durée de 9 ans : elle commence à l’âge de 7 ans jusqu’à 16 ans.

L’enseignement préscolaire s’adresse aux enfants d’au moins 1 an : chaque enfant a droit à une place dans une école maternelle pendant au moins trois heures par jour ou 15 heures par semaine. Au total, 83% des enfants âgés de 1 à 5 ans fréquentent l’école maternelle. A l’âge de 6 ans les enfants peuvent fréquenter une classe préparatoire à l’enseignement primaire.

L’enseignement primaire et le premier cycle de l’enseignement secondaire sont dispensés de façon continue : un seul et même programme est établi pour l’ensemble de la scolarité obligatoire et dispensé dans les écoles (Grundskolor). On trouve généralement deux types d’écoles, celles pour les enfants ayant de 7 à 10 ans et celles pour les élèves de 10 à 16 ans. De plus en plus de municipalités tendent à organiser l’ensemble de ces années d’enseignement au sein d’une même structure.

Le second cycle de l’enseignement secondaire

En 2016, 343 911 étudiants étaient inscrits dans un établissement d’enseignement secondaire supérieur : 283 723 dans un programme national et 94 232 en formation professionnelle. Ces chiffres nous permettent de constater que la grande majorité des élèves (98%) poursuivent leurs études secondaires après la scolarité obligatoire.
À l’âge de 16 ans, les élèves admis peuvent choisir de suivre l’un des 12 programmes de formation professionnelle existants (yrkesprogram) ou l’un des 6 programmes préparatoires à l’enseignement supérieur (programme högskoleförberedande). Le critère d’admission aux programmes du second cycle est basé sur les notes obtenues dans la scolarité obligatoire : les élèves dont les résultats ne leur permettent pas d’accéder à ces programmes peuvent suivre l’un des 5 programmes individualisés (introduktionsprogram) d’une durée de 1 à 3 ans, dans le but de pouvoir accéder aux programmes du deuxième cycle du secondaire ou au marché du travail.
Tous les programmes de formation professionnelle du second cycle du secondaire peuvent être proposés en apprentissage et ils mènent à l’obtention d’un diplôme professionnel. La mise en situation de travail est obligatoire dans toutes les formations professionnelles pour au moins 15% du programme.

L’Enseignement supérieur est assuré par les universités publiques (universitet) et les collèges universitaires publics (högskolor) ainsi que par des institutions privées.
Il suit une structure en trois cycles : licence, master, doctorat.
L’accès à l’enseignement supérieur n’est pas automatique, mais il y a des conditions d’entrée spécifiques aux différents programmes proposés.
En ce qui concerne la formation professionnelle, ils existent des programmes d’une durée de 1 ou 2 ans qui amènent à l’obtention d’un diplôme d’enseignement professionnel supérieur. Les critères d’admission sont : l’obtention du diplôme d’études secondaires, mais également les notes obtenues dans des modules spécifiques au parcours de formation choisi. La plupart des programmes d’EFP tertiaire sont dispensés par les universités des sciences appliquées (yrkeshögskolan) en étroite coopération avec les employeurs. Ces programmes sont partiellement financés par des fonds public : l’Agence nationale suédoise pour l’enseignement supérieur professionnel (Myndigheten för yrkeshögskolan) approuve et alloue les subventions en réponse aux demandes des prestataires.

L’alternance

L’apprentissage est possible dans tous les établissements du second cycle de l’enseignement secondaire qui dispensent des programmes professionnels : la mise en situation de travail a une durée d’au moins 15 semaines pour une formation de 3 ans. C’est aux écoles, en coopération avec les prestataires, de décider quel sujet doit être appris pendant la période en entreprise. Dans les programmes de formation pour les adultes, la mise en situation de travail n’est pas obligatoire.
Les programmes professionnels supérieurs proposent également des formations en apprentissage : pour obtenir le diplôme au moins un quart du programme doit être réalisé en tant que mise en situation de travail. Ces programmes sont partiellement financés par des fonds publics et en partie par les employeurs.

La formation continue

La formation des adultes
Les adultes qui souhaitent acquérir un diplôme d’enseignement secondaire supérieur professionnel peuvent participer à des formations municipales. Les parcours individualisés sont le moyen le plus courant d’acquérir une qualification dans un nouveau domaine. Les adultes peuvent valider certains modules grâce à une procédure de validation d’acquis.
Ces cours municipaux sont dispensés dans les établissements municipaux de formation des adultes (kommunal vuxenutbildning). Ils n’existent pas de programmes nationaux, mais les cours sont conçus en fonction des besoins des adultes.

La Suède possède aussi une longue tradition d’éducation libérale des adultes (folkbildning), un type de formation non formelle caractérisée par le fait d’être « libre et volontaire », proposée en dehors du système scolaire. Elle est dispensée dans les écoles populaires (folkhögskolor) et dans les associations de formation des adultes (studieförbund). Chaque école ou association décide du contenu et de l’organisation de leurs propres offres de formation. Les programmes proposés ont une durée de 1 à 3 ans et préparent à des professions spécifiques, telles que journaliste, animateur, interprète, etc.
Aujourd’hui, il y a environ 150 folkhögskolor et 10 associations en Suède, la majorité d’entre eux sont gérés par des organisations non gouvernementales, par des fondations, mais les conseils de comté et les régions peuvent également être leurs organes directeurs. La formation libérale des adultes est largement financée par l’État, les régions et les municipalités. L’aide publique représente environ 70% des subventions des associations et des écoles populaires pour les adultes. Le Conseil national suédois pour la formation des adultes (Folkbildningsrådet), association à but non lucratif, a été chargé par Gouvernement de distribuer les subventions, de suivre et d’évaluer les activités. Les subventions sont allouées si les programmes de formation sont conçus en coopération avec le Service publique de l’emploi (Arbetsförmedlingen).

La formation des salariés

Les employeurs peuvent décider de proposer des formations aux employés : dans ce cas, les coûts sont généralement couverts par l’employeur et la formation peut avoir lieu pendant les heures de travail. Elle peut se concrétiser en conférences, ateliers ou séminaires.
80% des salariés du secteur public ont participé en 2015 à une formation offerte par les employeurs, alors que le secteur primaire (agriculture, sylviculture et pêche) enregistre le plus faible niveau de participation.
Les salariés peuvent également décider de suivre un des programmes proposés dans les établissements municipaux de formation des adultes ou ils peuvent s’inscrire à une formation libérale.
Les jeunes de 15 à 24 ans peuvent profiter des « accords d’introduction au travail » (yrkesintroduktionsanställningar), en bénéficiant de formations pendant leur temps de travail. Les entreprises peuvent demander des subventions allouées par le Ministère de l’emploi pour financer ces formations.

La formation des demandeurs d’emploi

Plusieurs programmes de formation professionnelle s’adressent aux demandeurs d’emploi notamment en encourageant les jeunes demandeurs d’emploi âgés de 20 à 24 ans à commencer ou à reprendre des études pour obtenir un diplôme d’études secondaires supérieures. Des formations pour les demandeurs d’emploi de longue durée âgés de 25 à 64 ans sont offertes par le Conseil national suédois de la formation des adultes (Folkbildningsrådet) en coopération avec le service d’emploi. La durée de ces programmes est de 2 ans maximum et elle est proposée dans les secteurs où il y a un manque de main-d’œuvre qualifiée.
Des stages de maximum 6 mois sont aussi proposés, ils visent à fournir aux demandeurs d’emploi une expérience pratique dans une profession en renforçant leurs compétences professionnelles. Les dispensateurs des stages ou des formations en entreprise bénéficient d’une aide à l’activité payée par l’Agence de sécurité sociale (Försäkringskassan).

L’offre de formation

Il n’y a pas de dispensateurs privés en ce qui concerne la formation formelle des adultes, qui est gérée par les municipalités, mais elles peuvent faire recours à des prestataires extérieurs pour certaines parties des formations. Les programmes sont généralement élaborés par les dispensateurs de formation en coopération avec le monde du travail.
Cependant, ils existent des formations non formelles organisées par des entreprises privées ou par les partenaires sociaux qui peuvent également être financées à travers des subventions publiques. L’Agence nationale suédoise pour la formation professionnelle supérieure agrée ces prestataires et alloue les subventions.

Le cadre de certification

L’Agence nationale suédoise pour l’enseignement supérieur professionnel (Myndigheten för Yrkeshögskolan) a été désignée par le gouvernement suédois comme point de coordination national du cadre national de certification suédois, le SeQF. Il englobe et présente tous les types de programmes de formations en décrivant les connaissances et les compétences à huit niveaux différents. Il comprend également les formations en apprentissage et la formation des adultes.
À partir de 2016, les qualifications et les certificats du secteur non formel et du secteur privé de la formation peuvent être référencés dans le cadre national des certifications suédoises (SeQF).

Qualité
L’Inspection scolaire suédoise (Skolinspektionen) est responsable de surveiller la qualité des programmes de formation au niveau secondaire.
Les programmes d’enseignement professionnel supérieur sont supervisés par l’Agence nationale suédoise de l’enseignement supérieur professionnel (Myndigheten för yrkeshögskolan) par le biais d’inspections et d’audits de qualité. Les organismes en dehors du système de formation formel qui souhaitent que leurs qualifications soient placées dans le cadre national des certifications, doivent appliquer des processus d’assurance qualité dans leurs programmes.
De plus, les représentants du service public de l’emploi et les partenaires sociaux sont membres du Conseil du marché du travail, un organisme lié à l’Agence nationale suédoise de l’enseignement supérieur professionnel responsable également de l’assurance qualité.

Pour en savoir plus

Sweden - Overview : National education system
Eurydice ; EACEA - Agence exécutive éducation, audiovisuel et culture

Spotlight on VET Sweden 2016
ReferNet Sweden ; Skolverket - Swedish National Agency for Education (Suède) ; CEDEFOP - Centre européen pour le développement de la formation professionnelle
Luxembourg : Publications Office of the European Union, 10/2016. - 6 p.

Sweden : VET Vocational Education and Training in Europe - country report 2016
ReferNet Sweden ; ReferNet - Réseau européen de référence et d’expertise ; CEDEFOP ; Skolverket - Swedish National Agency for Education (Suède)
Thessalonique : CEDEFOP, 05/2017. - 73 p.

Education and Training Monitor 2017 : Sweden
European Commission ; Directorate General for Education and Culture
Luxembourg : Publications Office of the European Union, 11/2017. - 16 p. - (Education and Training Monitor) .

Education Policy Outlook : Sweden - June 2017
OCDE - Organisation de coopération et de développement économiques
Paris : OCDE, 06/2017. - 28 p.
http://www.oecd.org/education/Education-Policy-Outlook-Country-Profile-Sweden.pdf

Mis en ligne le 11 juin 2018

Twitter

Publicité
catalogue 2018-2019