En cours de mise à jour

Malte


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance


L’île de Malte, après avoir été colonie Britannique pendant 150 ans, est indépendante depuis 1964 et membre du Commonwealth.

Le système éducatif maltais est régi par la loi de 1988 sur l’enseignement. Conformément à cette disposition toute personne physique ou morale souhaitant une école privée devra solliciter une licence auprès du ministre de l’enseignement.
L’Etat est le premier acteur du système de formation professionnelle, les partenaires sociaux étant peu impliqués dans son organisation. Le ministère de l’éducation, MoE, est en charge du système d’éducation, du jardin d’enfants à l’université et possède également une direction de la formation continue et de l’éducation des adultes (DFSAE).
Le ministère de la politique social est compétent en matière de formation professionnelle initiale et continue des jeunes et des adultes, de l’apprentissage et de la formation des demandeurs d’emploi, via le conseil de l’Emploi et de la formation (ETC), créé en 1990.

Quelques données statistiques

Source : Eurostat

Schéma du système éducatif maltais (version anglaise)

La formation initiale

  • L’éducation préscolaire fait partie intégrante du système scolaire public. Bien que les jardins d’enfants ne soient pas compris dans l’enseignement obligatoire, 95% des enfants âgés entre 3 à 4 ans y sont inscrits. Cette étape fait néanmoins partie intégrante de l’éducation des jeunes, et est entièrement prise en charge par les fonds publics.
    La scolarité est obligatoire entre 5 et 16 ans et regroupe à la fois l’enseignement primaire (6 ans) et l’enseignement secondaire de base (5 ans).
  • L’enseignement primaire est gratuit, cela comporte aussi le transport et les manuels scolaires. Cette étape d’enseignement est subdivisée en cycles primaire et secondaire. Lors du cycle primaire (3 ans), les enfants acquièrent avant tout des aptitudes sociales. Un apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul y est aussi enseignés. Pendant le cycle secondaire (3 ans), l’enseignement se centre d’avantage sur le programme scolaire.
  • L’enseignement secondaire est conditionné par les résultats obtenus à l’examen final de l’enseignement primaire.
    - Les meilleurs élèves poursuivent leur scolarité dans un junior lyceum et présentent, en fin de cycle, le certificat de l’enseignement secondaire (SEC).
    - Les élèves qui n’ont pas réussi à l’examen final entrent dans des écoles de garçons ou de filles (précédemment appelés centres d’opportunités). Ces écoles n’attribuent pas de diplômes formels.
    - Il existe aussi des écoles confessionnelles et des écoles indépendantes.

Les enfants fréquentent généralement l’enseignement secondaire entre 11 et 16 ans. Les groupes annuels (appelés classe I, classe II, classe III, ...), sont formés par des élèves de même niveau ou ayant choisi la même langue. A partir de la classe III, les groupes sont formés en fonction des options choisies.

  • L’enseignement secondaire supérieur, pour des jeunes âgés de 16 à 18 ans, est assuré par des établissements d’enseignement général ou professionnel. L’enseignement secondaire supérieur, constitué de deux années de préparation validées par le certificat MATSEC ( Matriculation and Secondary Education Certificat ). A l’issue de cette préparation et conformément aux conditions générales d’admission ( General Entry Requirements ), le futur étudiant sera dès lors autorisé à poursuivre ses études universitaires.

les cursus d’enseignement général préparent à l’entrée dans l’enseignement supérieur, dans des établissements secondaires supérieurs, junior college , ou dans des lycées, upper lyceum . 78% des élèves choisissent les cursus d’enseignement général. En fin d’études, les élèves présentent un examen final : le Matriculation certificate, délivré par l’université de Malte ou le Certificate of Education at advanced level, délivré par un jury d’examen britannique.
l’enseignement professionnel est organisé par :

  • les instituts de MCAST ( Institut maltais des arts, de la science et de la technologie ) créés en octobre 2001, qui proposent des cours de formation initiale (après 16 ans) et continue, du niveau secondaire supérieur au niveau universitaire ;
    - d’autres instituts professionnels tels que l’ITS (Institut des études de tourisme).
  • L’enseignement supérieur est assuré par l’Université de Malte et totalement financé par le gouvernement. Les étudiants accèdent généralement aux études supérieur entre 17/18 ans, bien que les adultes aient la possibilité d’accéder à certains cursus généralement dans le cadre de cours du soir ou de formation à temps partiel. En 2002, on recensait 7 600 étudiants, soit 17 % des jeunes en âge s’y inscrire, chiffre relativement faible par rapport à la moyenne européenne, 48 %. Le gouvernement encourage les étudiants à s’orienter vers des filières utiles au développement économique, notamment, celles qui sont proposées par le MCAST ou par les instituts professionnels.

En 2002, 28% des élèves ont complété la formation secondaire tandis que 36% ont continué leurs études dans les établissements secondaires supérieurs. Enfin, 9% ont choisi l’enseignement supérieur.

L’apprentissage

L’ETC ( Employment Training Corporation ), responsable du placement et du suivi des apprentis, sa vocation est avant tout d’améliorer l’employabilité des apprentis.

Deux filières existent :

  • Les programmes de formation préparant au certificat d’ouvrier ou d’artisan. Cette formation dure entre 2 et 4 ans. Le TAS ( Technician Apprenticeship Scheme )
  • Les programmes qui conduisent aux qualifications de technicien. L’ESTS ( Extended skills Training Scheme ).

La formation professionnelle continue

La section " formation des adultes et cours du soir " du ministère de l’enseignement de l’enseignement offre des possibilités variées de formation pour les adultes. Le DFSAE ( département des études complémentaires et de la formation des adultes ) est en charge de la formation des adultes. Les domaines de formation sont variés : cours de formation professionnelle ou artisanale, cours sur les matières scolaires, sur les activités de loisirs, ainsi que des cours d’art dramatique.

D’autres entités publiques ou privées proposent également des formations. Les syndicats, les organismes consulaires et professionnels, ainsi que les municipalités organisent des cours de formation générale ou professionnelle.

La formation des demandeurs d’emploi

Les demandeurs d’emploi ont la possibilité de bénéficier d’une formation professionnelle, via plusieurs programmes :

  • stages de formation et d’emploi, destinés aux demandeurs d’emploi de longue durée. L’ETC ( Employment Training Corporation ) subventionne pendant un an, 50% du salaire minimum payé par les employeurs privés qui les recrutent.
  • programme " esprit d’entreprise " visant à promouvoir la création d’entreprise. Les groupes visés sont les demandeurs d’emploi âgés de plus de 40 ans, les femmes et les jeunes diplômés.
  • projet pilote " emploi pour tous ", lancé en 2001, qui a pour objectif de répondre aux besoins spécifiques de certains chômeurs : acquisition de compétences de base, formations en situation de travail, appuis personnalisé à la recherche d’emploi.
  • programmes d’emplois communaux qui offrent des opportunités d’emploi et de formation aux demandeurs d’emploi de longue durée et âgés de plus de 40 ans.

L’offre de formation

Les principaux organismes de formation publics sont :

  • Le ministère de l’éducation DFSAE ( département des études complémentaires et de la formation des adultes ) propose des formations professionnelles et dans le secteur artisanal ;
  • Le NIFE ( Night Institute for Further Education ), créé par l’ETC propose également des cours du soir pour des adultes souhaitant suivre une formation professionnelle.
  • Le ministère de la politique sociale (ETC), organise des cours de courte durée, destinés aux demandeurs d’emploi et aux salariés.

D’autres formations sont assurées en cours du soir par un institut spécialisé, le Night Institute for Further Technical Training .

Par ailleurs, le secteur privé intervient, notamment dans les domaines du management et des nouvelles technologies, ainsi que certaines entreprises, qui possèdent leurs propres centres de formation.

Certifications professionnelles

Les diplômes professionnels sont délivrés par un grand nombre d’organismes certificateurs, souvent liés aux instances de certification britanniques et difficilement comparables. Afin d’assurer une plus grande transparence des qualifications, Malte a créé un conseil national des qualifications professionnelles et techniques (MPVQAC), qui devrait s’appuyer sur les travaux du conseil Ecossais des qualifications professionnelles (SQA), afin de définir de nouveaux standards de qualification.

Liens

  • CEDEFOP (Centre européen pour le développement de la formation professionnelle)

- Démarche à suivre pour accéder à la présentation du système de formation professionnelle à Malte :

  1. Enregistrez-vous préalablement sur le "LOGIN" de la page d’accueil : www.trainingvillage.gr
  2. Accédez à la page de présentation des systèmes nationaux :
    (ou sur le site : cliquez sur National VET systems dans la rubrique Information Resources puis cliquez sur country specific reports)
  3. choisissez le pays et la version du rapport (date et langue)

- Monographie complète du système de formation maltaise :

Bibliographie

  • Monographs candidate countries - Vocational education and training and employment services in Malta : European Training Foundation, 2003.
  • Malta resource dossier : European Training Foundation, 2003.
  • Summary sheets on education systems in Europe - Malta : Eurydice, 2004.
Mis en ligne le 10 juin 2005

Twitter

Publicité
catalogue 2018-2019