En cours de mise à jour

Hongrie


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance


La population de la république hongroise est pour une écrasante majorité hongroise. La langue officielle est le hongrois. Il y a néanmoins sur place une minorité ethnique provenant de divers horizons (Allemagne, Roumanie, Slovénie, Serbie, Croatie). Ces minorités ont la possibilité de suivre un enseignement dans leur langue nationale comme première langue ou deuxième langue et ce pour l’enseignement primaire et secondaire.

Quelques données statistiques

Source : Eurostat

Shéma du système éducatif hongrois

La formation initiale

L’enseignement préscolaire concerne les enfants âgés de 3 à 5 ans. L’inscription à cet enseignement est optionnelle, à l’exception de la dernière année préparatoire (Óvoda-école maternelle) qui est obligatoire. L’enseignement préscolaire est totalement pris en charge par l’état. Actuellement près de 86.5% des enfants âgés de 3 à 5 ans fréquentent les maternelles.

L’enseignement obligatoire est imposée par la loi jusqu’à l’âge de 18 ans.

  • Ecole élémentaire (Általános iskola) 6 à 14 ans (10 à 16 ans)

Les élèves sont tenus de suivre leur formation de base jusqu’à l’âge de 16 ans. Ce n’est qu’à cet âge qu’ils ont la possibilité de commencer des études professionnelles.

L’enseignement secondaire supérieur

  • Lycée (Gimnázium) (classes du premier et du second degré) de 10 à 18 ans.

L’examen sanctionnant la fin des études (Erettségi) permet au porteur d’accéder aux études supérieures.

  • Lycée technique (Szakközépiskola) 14 à 18/19 ans.

Ils offrent un enseignement à la fois général et professionnel avec la possibilité d’avoir accès à l’enseignement supérieur.

  • Lycée professionnel (Szakmunkásképző iskola) 14 à 16/17 ans.

Cet établissement propose une formation professionnelle qui débouche sur un diplôme professionnel.

  • Ecole professionnelle (Szakiskola) jusqu’à l’âge de 19/20 ans

Cet établissement professionnel débouche également sur un diplôme professionnel et prépare les élèves à un emploi.

L’enseignement supérieur est dispensé par des établissements publics et privés ainsi que les écoles supérieures spécialisées. Son accès est conditionné par les résultats obtenus au diplôme de fin d’études de l’enseignement secondaire, certaines filières étant sélectives.

En Hongrie, les établissements d’enseignement supérieur sont spécialisés et proposent des cours dans leurs propres spécialités. Parmi ces établissements, on trouve les établissements non-universitaires, des établissements offrant des cours de formation professionnelle continue accrédités.

  • Les Instituts non-universitaires proposent un programme sur 3 à 4 ans aboutissant à un diplôme (főiskola).
  • Des universités ou des instituts de même niveau proposent des enseignements d’une durée de 4 à 6 ans. Ce cursus peur être sanctionné par un diplôme (egyetemi diploma).
  • Enfin, à la suite d’une formation professionnelle de haut niveau, mais non universitaire, les étudiants passant avec réussite l’examen professionnel, obtiennent un diplôme professionnel du degré supérieur (felsőfokú szakképesítés).

La formation continue

La formation continue proposée par les pouvoirs publics, est essentiellement prise en charge par les centres de formation publics (felnottoktatàs). D’autre part, les centres de formation pour adultes (felnottképzés) proposent des formations hors du système scolaire.

Ce système de formation continue vise en priorité les personnes qui, pour diverses raisons (sociales, personnelles ou autres), n’ont pu obtenir un diplôme public ou une qualification professionnelle.

Les formations générales et professionnelles sont financées par l’état. Les jeunes sans qualification ont la possibilité de suivre gratuitement une formation professionnelle à temps plein (jusqu’à l’âge de 23 ans). Les formations générales et professionnelles qui se déroulent à temps partiel, sont payantes mais certaines personnes en difficultés peuvent voir leur formation prise en charge par la collectivité.

Le développement de nouveaux modes de financement et la diversification des modalités alternatives de formation, ont facilité l’accès à la formation supérieure des adultes. Pour exemple, la participation aux enseignements à temps partiel ou aux formations à distance ont considérablement augmenté, passant de 25786 en 1990/1991 à 196008 en 2004/2005.

La formation continue des demandeurs d’emploi est prise en charge par l’agence publique pour l’emploi (Állami Foglalkoztatási Szolgálat, ÁFSZ) qui comprend notamment les agences locales pour l’emploi (munkaügy központ). De plus, la collectivité prend en charge pour les personnes en difficulté (personnes sans qualification, seniors et personnes handicapées), les formations qualifiantes reconnues par l’Etat et les professionnels.

La formation continue à l’initiative des entreprises ou des partenaires sociaux est mise en œuvre dans le cadre de mesures garantissant la formation des personnes employés dans le secteur public et privé.

L’Etat est le garant du respect de l’obligation des entreprises en faveur de leurs employés. Par exemple, certaines professions à risques, pour des raisons de sécurité, nécessitent une formation régulière du personnel.

Le code du travail également, impose un cadre juridique de la formation professionnelle continue. Il prévoit également le droit des employés à bénéficier d’une formation. Le code du travail garantit notamment le congé formation pour les employés mais seulement pour suivre des formations au sein du système scolaire.

La formation continue à l’initiative individuelle permet à tout individu, de participer à une formation (felnottoktatás) et cela à ses propres dépens pour les formations générales et formation en langues. La formation professionnelle pour adultes (felnottképzés) est proposée par divers centre de formation pour adultes.

L’offre de formation continue

  • L’Etat demeure le principal acheteur de la formation professionnelle continue par le biais des programmes de formation qu’il finance. Le ministère de l’éducation gère un réseau de neuf organismes régionaux.
  • Les chambres professionnelles organisent des programmes de formation professionnelle.
  • De très nombreuses entreprises privées ont créé des activités de formation. Néanmoins, le nombre de celles qui sont réellement actives est estimé à 500 à 600. Ces entreprises offrent les formations professionnelles de courte durée, dans des domaines innovants.
  • Les organismes à but non lucratif détiennent une part faible du marché. Ils jouent un rôle important dans l’organisation de formations destinées aux personnes handicapées et à la minorité Rom.

Liens

  • CEDEFOP (Centre européen pour le développement de la formation professionnelle)

Démarche à suivre pour accéder à la présentation du système de formation professionnelle de la Hongrie :

  1. Enregistrez-vous préalablement sur le "LOGIN" de la page d’accueil : www.trainingvillage.gr
  2. Accédez à la page de présentation des systèmes nationaux :
    (ou sur le site : cliquez sur National VET systems dans la rubrique Information Resources puis cliquez sur country specific reports)
  3. choisissez le pays et la version du rapport (date et langue)

Monographie complète du système de formation Hongroise :

Bibliographie

  • Background study on employment and labour market in Hungary : European Training Foundation, Juillet, 1999.
  • Review of progress in vocational education and training reform : European Training Foundation, 2002.
  • Vocational education and training against social exclusion : European Training Foundation, 2001.
  • Integration of work and learning (country report on Hungary) : European Training Foundation,1998.
  • Modernisation of vocational education and training in Hungary : Hungarian national observatory, février 2003, Budapest.
  • Education in Hungary 2003 : National Institute of Public education
  • Summary sheets on education systems in Europe - Hungary : Eurydice, 2004
Mis en ligne le 10 juin 2005

Twitter

Publicité
catalogue 2018-2019