Grèce


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance



Mise à jour juin 2018

• Population (2017) : 10 768 193
• Taux de chômage (2017) : 21 %
• PIB par habitant (2016) en SPA : 68
• Accroissement du PIB en volume (2017) : 0,4 %
• Taux d’inflation (2017) : 1,1 %
• Population âgée de 25-64 ans ayant suivi une formation (2017) : 4,5 %
• Jeunes ayant quitté prématurément l’école et ne poursuivant ni études ni formation (2017) : 6,2 %
• Population âgée de 25-64 ans ayant atteint la fin de l’enseignement secondaire (2017) : 72,6 %
• Langues officielles : grec

La Grèce est une république parlementaire ; la Constitution prévoit la séparation absolue des pouvoirs. Le pouvoir législatif est exercé par le Parlement et le Président de la République, le pouvoir exécutif par le gouvernement et le pouvoir judiciaire par les tribunaux.
Le système de formation grecque est assez centralisé. Le Ministère de l’éducation, de la recherche et des affaires religieuses est responsable de la formation initiale générale et professionnelle et il a un rôle important dans la règlementation de la formation continue, mais les partenaires sociaux, les autorités régionales, notamment les Directions de l’enseignement primaire et secondaire qui relèvent de la Direction régionale de l’éducation sont également impliqués. Le Ministère contrôle aussi l’Agence nationale responsable des qualifications, EOPPEP.
Le service de l’emploi OAED supervise les écoles d’apprentissage et soutient les années en apprentissage proposées par les écoles professionnelles.
Pour les écoles supérieures professionnelles, plusieurs ministères sont coresponsables.

Schéma du système éducatif grec (version anglaise)

La formation initiale

En Grèce la scolarité est obligatoire pour les élèves de l’âge de 5 à 15 ans.
L’enseignement primaire, secondaire et supérieur sont principalement financé par l’Etat à travers le budget ordinaire et le programme d’investissements publics, et moins par des ressources non étatiques. Le budget ordinaire couvre principalement les dépenses du personnel et de fonctionnement des écoles. Le programme d’investissements publics couvre les dépenses en capital fixe, telles que l’achat de biens immobiliers, la construction et la réparation des bâtiments et d’installations, l’entretien et le matériel. Il couvre également les frais de préparation et de conception de nouveaux programmes formatifs.

L’enseignement préscolaire commence à l’âge de 4 ans et a une durée de 2 ans. Il est dispensé dans les crèches (Nipiagogeia) et relève de l’autorité du ministère de l’Éducation, de la Recherche et des Affaires religieuses. Les parents peuvent toutefois décider d’inscrire leurs enfants à partir de l’âge de 6 mois dans les jardins d’enfants (Paidikoi Stathmoi), ou dans les centres pour enfants Vrefonipiakoi Stathmoi s’ils sont âgés d’au moins 2 ans et demi. Enfin ils peuvent opter pour des centres privés. La fréquentation de l’école pré primaire (Nipiagogeio) est gratuite tandis que les centres pour enfants, gérés par les municipalités peuvent exiger des frais mensuels, en fonction des revenus de la famille. Le conseil d’administration du centre établit les plafonds et les exonérations.

L’enseignement primaire est dispensé dans les écoles primaires (Dimotika Scholeia) et concerne les enfants de 6 à 12 ans. Il est gratuit, y compris la distribution des manuels scolaires pour tous les élèves. Les programmes de formation sont élaborés au niveau central pour toutes les écoles.

Le premier cycle de l’enseignement secondaire a une durée de trois ans, il fournit une éducation générale et s’adresse aux élèves de 12 à 15 ans. A partir de l’âge de 14 ans les élèves peuvent décider de s’inscrire aux programmes d’enseignement dispensés le soir (Esperino Gymnasio).

Le second cycle de l’enseignement secondaire s’adresse aux élèves de 15 à 18 ans.
Ils peuvent choisir de s’inscrire dans des parcours de formation générale (GEL) d’une durée de 3 ans ou de 4 ans pour les élèves qui travaillent (cours du soir). Au cours de la première année le programme est général, tandis qu’en deuxième et troisième année les élèves suivent également des cours spécifiques selon leurs orientations. A la fin du cycle les élèves passent un examen qui mène à l’obtention du certificat de fin d’études secondaires qui permet aux diplômés de passer les examens nationaux d’admission aux programmes d’enseignement supérieur.
Depuis 2013 les élèves qui décident de ne pas suivre les programmes d’enseignement général, peuvent choisir parmi différentes parcours professionnels :

  • Des programmes théoriques d’une durée de 3 ans (Ptihío Epaggelmatikís Idikótitas), dispensés dans des écoles professionnelles publiques ou privées, financées par le Ministère de l’éducation, qui mènent à l’obtention d’une certification professionnelle. Les diplômés de ce programme peuvent entrer directement sur le marché du travail, ils peuvent devenir apprentis ou poursuivre les études dans des formations professionnelles post-secondaires ou dans l’enseignement supérieur après avoir passé un examen.

Des programmes qui combinent les enseignements théoriques et la mise en situation de travail dispensés par les écoles professionnelles (Ptihío Epaggelmatikís Idikótitas), qui mènent à l’obtention d’une qualification professionnelle. Ils ont une durée de 3 ans : deux ans de formation en école et une année en apprentissage. A la fin du programme les élèves peuvent entrer directement sur le marché du travail, poursuivre leurs études avec des formations post-secondaires, mais ils ne peuvent pas accéder directement à l’enseignement supérieur.

  • Les élèves qui ont complété la première année du second cycle du secondaire en formation générale ou professionnelle peuvent opter pour deux ans de formation duale dans un programme supervisé par le service de l’emploi (OAED) dispensés dans une école d’apprentissage (Epaggelmatikés Sholés Mathitías). Ces programmes amènent à l’obtention d’une qualification professionnelle dans des domaines tels que l’ingénierie automobile, l’ingénierie électrique, le web design, etc.

Il faut toutefois souligner qu’aujourd’hui les jeunes continuent à voir l’enseignement professionnel comme un second choix, malgré les efforts incessants des autorités pour le présenter comme une alternative de valeur égale aux programmes de formation générale.

L’enseignement post-secondaire
Des programmes professionnels d’une durée de 2 ans (plus un semestre facultatif de mise en situation de travail) sont proposés par l’IEK, Institúta Epaggelmatikís Katártisis, et mènent à l’obtention d’un diplôme professionnel qui permet l’accès au monde du travail. Ces programmes s’adressent à tout élève sortant du cycle secondaire (formation générale et professionnelle).

L’enseignement supérieur
La société grecque a toujours été caractérisée par une forte demande d’enseignement général et d’études universitaires. Les établissements d’enseignement supérieur sont des entités juridiques autonomes de droit public. Ils sont divisés en programmes universitaires (Panepistimio) et technologiques. Les premiers sont dispensés dans les universités, les écoles polytechniques et les écoles des beaux-arts. Le secteur technologique comprend les établissements d’enseignement technologique – TEI (Technologika Ekpaideftika Idrymata) et l’École supérieure d’éducation pédagogique et technologique (ASPETE). Les cours de premier cycle durent généralement 4 ans, tandis que les cours postuniversitaires durent de 1 à 2 ans et les doctorats de 3 à 6 ans.

Des programmes de formation professionnelle dans divers domaines (tourisme, maritime, armée, arts, etc.) sont également proposés par les écoles supérieures (Anóteres Sholés) : la mise en situation de travail constitue une grande partie des programmes qui mènent à l’obtention d’une qualification professionnelle. Ils ont une durée de 2 à 5 ans et ils sont supervisés par les ministères compétents. Dans certains cas, l’accès est accordé uniquement aux diplômés du second cycle du secondaire qui ont réussi les examens d’admissions. A la fin du programme les élèves peuvent choisir si entrer directement sur le marché du travail ou si poursuivre les études.

L’alternance

L’alternance est basée sur le système d’apprentissage en alternance allemand qui combine la formation en école avec la mise en situation de travail rémunérée dans une entreprise.
Les programmes d’apprentissage sont principalement gérés par l’OAED, le service public de l’emploi grec (les ministères de la santé, de l’agriculture et du tourisme gèrent jusqu’à cinq programmes chacun). L’OAED gère un total de 51 écoles d’apprentissage, qui accueillent en moyenne de 4500 à 5 000 étudiants par an. Leurs cours admettent les élèves âgés de 16 à 23 ans qui ont terminé au moins la première année d’un programme d’enseignement secondaire supérieur. La mise en situation de travail a lieu quatre ou cinq jours par semaine dans des entreprises du secteur public ou privé. Les entreprises participantes sont subventionnées : la subvention peut être versée à l’employeur ou directement à l’apprenti. L’école est chargée de trouver les organismes d’accueil pour ses apprentis. Les programmes en apprentissage les plus populaires sont ceux qui préparent à des métiers tels qu’électricien, plombier, mécanicien, technicien en informatique et coiffeur.

La formation continue

La formation continue est dispensée principalement par les centres de formation tout au long de la vie, gérés par les autorités régionales, municipales, par les partenaires sociaux, les chambres de commerce, les associations professionnelles et les organismes d’enseignement supérieur. Ces programmes sont en partie règlementés par l’Agence nationale responsable des qualifications, EOPPEP et par le Secrétariat général pour la formation tout au long de la vie (GGDVM), mais ils ne mènent pas à l’obtention de qualifications formelles. Uniquement l’Université Hellenic Open et les centres privés d’enseignement post-secondaire peuvent mener à des qualifications reconnues. Le taux de participation à des programmes de formation continue en Grèce est inférieur à la moyenne européenne.

La formation des adultes est divisée en formation générale pour le développement personnel et la cohésion sociale et en formation professionnelle pour l’intégration et la réinsertion sur le marché du travail.
Les centres de formation tout au long de la vie proposent des programmes nationaux qui portent majoritairement sur des thèmes tels que l’économie, la qualité de vie, les nouvelles technologies, les langues et la communication, la culture et l’art. Des programmes locaux basés sur les besoins locaux et visant à favoriser le développement économique, social, culturel et personnel peuvent être proposés par les municipalités.
Pour les adultes qui n’ont pas terminé la scolarité obligatoire il existe des « écoles de la deuxième chance » : il y a 63 écoles de ce type, dont 8 sont situées dans des établissements correctionnels.
Les programmes de formation professionnelle sont dispensés dans les écoles professionnelles (4 dans tout le pays), accessibles pour les adultes qui ont complété la scolarité obligatoire et par les instituts de formation professionnelle (138 publics et 79 privés) qui proposent des enseignements du second cycle du secondaire.
Les institutions d’enseignement supérieur peuvent organiser des programmes d’apprentissage tout au long de la vie, qui conduisent à l’obtention de certifications.
Les partenaires sociaux proposent des programmes de formation professionnelle pour leurs membres et pour d’autres groupes de citoyens : la plupart de ces programmes sont couverts par un cofinancement du Fonds social européen. Les qualifications acquises dans ce type de formation ne sont reconnues par aucune autorité nationale.
La Confédération hellénique des professionnels, artisans et commerçants (GSEVEE) propose des programmes de formation et de reconversion professionnelle liés aux métiers du tourisme, à la gestion de l’environnement et à la formation professionnelle technique de base qui s’adressent aux salariés, aux travailleurs indépendants dans tous les secteurs de l’économie et aux demandeurs d’emploi.

La formation des salariés
Les employeurs peuvent faire appel au fond national pour la formation LAEK, pour le financement de programmes de formation pour les employés. Ce fond, géré par l’OAED, provient des cotisations des employeurs à l’organisation de la sécurité sociale : chaque entreprise verse obligatoirement 0,24% de sa masse salariale brute.
Ces programmes peuvent consister dans des formations en entreprises mais aussi dans des programmes de formation informelle ou non formelle.

La formation des demandeurs d’emploi
Les partenaires sociaux et les autorités locales en Grèce sont très impliqués dans la promotion de formations professionnelles et de stages en entreprise pour les demandeurs d’emploi.

Le cadre de certification est plutôt simple, basé sur la logique des niveaux, des descripteurs de niveau et des types de qualification. Les huit niveaux de certification, couvrant l’ensemble de l’apprentissage, constituent la base sur laquelle tout le cadre est construit. Les descripteurs de niveau fournissent les éléments de référence au cadre européen ; les types de qualification permettent de classifier et de comparer les qualifications grecques.

Qualité
En Grèce il existe deux organismes d’assurance-qualité :

  • l’agence hellénique d’assurance qualité pour l’enseignement supérieur, dont la mission est d’assurer une haute qualité dans l’enseignement supérieur, soutient les institutions d’État dans l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie nationale pour l’enseignement supérieur et assure la qualité du fonctionnement des établissements d’enseignement supérieur.
  • l’autorité d’assurance qualité dans l’enseignement primaire et secondaire a pour mission d’assurer la qualité dans l’enseignement primaire et secondaire en évaluant la formation et en soutenant la planification nationale de l’offre.
    L’évaluation qualité des écoles post-secondaires est encore limitée.
    Il n’y a pas de registre complet des compétences ni des mécanismes de prévision des besoins de compétences établis qui pourraient éclairer les initiatives réglementaires et financières. De plus, la réduction de l’investissement public ne favorise pas l’amélioration de la qualité de l’EFP.
    En 2015, une nouvelle loi a été adoptée afin de fixer des objectifs spécifiques en matière d’EFP notamment grâce à la création d’un cadre commun de qualité pour l’EFP et l’apprentissage et au renforcement des collaborations avec les parties prenantes.

Pour en savoir plus

Greece - Overview : National education system
Eurydice ; EACEA - Agence exécutive éducation, audiovisuel et culture

Spotlight on VET Greece 2017
ReferNet Greece ; EOPPEP - National Organisation for the Certification of Qualifications and Vocational Guidance (Grèce) ; CEDEFOP - Centre européen pour le développement de la formation professionnelle
Luxembourg : Publications Office of the European Union, 05/2018. - 6 p.

Greece : VET [Vocational Education and Training] in Europe - country report 2016
ReferNet Greece ; ReferNet - Réseau européen de référence et d’expertise ; CEDEFOP - Centre européen pour le développement de la formation professionnelle ; EOPPEP (Grèce) ; Aggeliki Athanasouli ; Nikolaos Georgiadis ; Anastasia Karnemidou ; Despina Mavris ; Alexandra Ioannidou ; Nora Gordon
Thessalonique : CEDEFOP, 09/2017. - 69 p.

ReferNet Greece
EOPPEP (Grèce) ; ReferNet Greece

EOPPEP - National Organisation for the Certification of Qualifications and Vocational Guidance [Grèce]

Education and Training Monitor 2017 : Greece
European Commission ; Directorate General for Education and Culture
Luxembourg : Publications Office of the European Union, 11/2017. - 16 p. - (Education and Training Monitor)

Mis en ligne le 11 juin 2018

Twitter

Publicité
catalogue 2018-2019