Bulgarie


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance


Mise à jour juin 2018

• Population (2017) : 7101859
• Taux de chômage (2017) : 6,9 %
• PIB par habitant (2016) en SPA : 49
• Accroissement du PIB en volume (2017) : 0,9%
• Taux d’inflation (2017) : 1,2%
• Dépenses publiques en matière d’éducation en pourcentage du PIB (2011) : 3,82%
• Population âgée de 25-64 ans ayant suivi une formation (2016) : 2,2%
• Jeunes ayant quitté prématurément l’école et ne poursuivant ni études ni formation (2017) : 12,7%
• Population âgée de 25-64 ans ayant atteint la fin de l’enseignement secondaire (2017) : 82,8%
• Langues officielles : bulgare

La Bulgarie est une république parlementaire, basée sur le principe de la séparation des pouvoirs. Le président de la République de Bulgarie est le chef d’Etat et est également commandant en chef de l’armée bulgare.
Le ministère de l’éducation et de la science coordonne la politique nationale d’éducation et de formation (EFP). Les ministères des Sports et de la Culture sont responsables des écoles de formation professionnelle dans les domaines d’études respectifs. Le pouvoir législatif est exercé par l’Assemblée nationale (Parlement) qui est élue pour une période de 4 ans. Le pouvoir exécutif est une prérogative du Conseil des ministres présidé par le Premier ministre, qui est élu par le Parlement pour une période de 4 ans.
Le territoire est divisé en 28 régions et municipalités.

Schéma du système éducatif Bulgare (version anglaise)

La formation initiale

La scolarité obligatoire est gratuite et comprend l’enseignement primaire et le premier cycle de l’enseignement secondaire (de 7 à 16 ans).
L’accès aux programmes de formation professionnelle est possible de l’âge de 13 ans. Les principaux fournisseurs d’EFP sont : les gymnases professionnels, les écoles d’art et de sport et les centres de formation professionnelle privés et publics.

L’enseignement préscolaire est géré par les autorités locales et ne fait pas partie des responsabilités de l’État pour les enfants de 0 à 3 ans. Pour les enfants de 3 à 6 ans, les responsabilités relèvent du Ministère de l’éducation et des sciences. Les jardins d’enfants accueillent les enfants de l’âge de 3 à 6 ans, ils peuvent être municipaux ou privés.

L’enseignement primaire et le premier cycle de l’enseignement secondaire

Il commence à l’âge de 7 ans et est dispensé par les écoles publiques municipales et privées. Le premier cycle de l’enseignement secondaire comprend des programmes d’enseignements généraux et des programmes d’enseignements professionnels.

Le second cycle de l’enseignement secondaire comprend des programmes d’enseignements généraux et des programmes d’enseignements professionnels. Les programmes à orientation professionnelle sont dispensés dans les écoles professionnelles (sous le contrôle de l’Etat, des municipalités ou privées), les écoles d’art (sous la responsabilité de l’Etat ou des municipalités) et les écoles des sports (gérées uniquement par l’Etat).
Les élèves qui réussissent l’examen d’Etat (Matura) comparable au baccalauréat français, reçoivent un diplôme d’enseignement secondaire (CEC niveau 4). Les autres obtiennent un certificat de fin d’études secondaires avec accès à la formation professionnelle pour les adultes, mais pas à l’enseignement supérieur. Les programmes de formation professionnelle dispensent aux diplômés un diplôme d’études générales en plus d’un certificat de qualification professionnelle. Des exemples de qualifications professionnelles au niveau secondaire sont : technicien en systèmes informatiques, technicien en équipement de transport, électricien, restaurateur, chef cuisinier, économiste, etc.
Les formations professionnelles sont financées par le budget d’Etat, les fonds européens FSE, les employeurs et les élèves. La formation professionnelle au niveau secondaire est financée pour la plupart par l’Etat. Les écoles professionnelles privées peuvent également demander un financement de la part de l’Etat.
Les élèves de l’EFP secondaire peuvent recevoir des bourses pour le mérite et/ou des allocations sociales. Ces subventions sont versées sur une base mensuelle et varient entre 5% et 15% du salaire national minimal.

L’enseignement postsecondaire
Les qualifications professionnelles post-secondaires (niveau 5 du CEC) ne peuvent être acquises que par des personnes ayant déjà achevé leurs études secondaires. La qualification acquise à ce niveau donne accès au marché du travail mais pas à un autre niveau d’éducation.
Des exemples de telles qualifications sont : chef d’entreprise, directeur d’hôtel, directeur de restaurant, aussi bien que des qualifications dans le secteur sportif et militaire. L’EFP postsecondaire a lieu dans des collèges professionnels. Les gymnases professionnels, les écoles d’art et les écoles de sport peuvent également dispenser l’EFP au niveau 5 du CEC si le ministre concerné le décide.

L’enseignement supérieur comprend 51 écoles supérieures (publiques et privées), y compris les universités, les écoles supérieures spécialisées et les collèges autonomes. Il y a 37 écoles publiques (25 universités, 11 écoles supérieures spécialisées et 1 collège autonome) et 14 écoles supérieures privées (5 universités, 2 écoles supérieures spécialisées et 7 collèges autonomes). L’enseignement supérieur est divisé en 3 degrés (processus de Bologne) : licence, master et doctorat.
Il ne comprend pas formellement les programmes d’EFP. Cependant, les programmes de bachelier professionnel (niveau NQF 6a, niveau EQF 6) offrent davantage des études plus orientées vers la pratique que les autres programmes. Les centres de formation professionnelle ne sont pas reconnus comme dispensateurs d’enseignement supérieur.
Les compétences acquises lors des programmes professionnels dans l’enseignement secondaire peuvent être reconnues par les établissements d’enseignement supérieur, permettant parfois aux diplômés de ces formations de s’inscrire à des programmes tertiaires sans devoir passer l’examen d’admission. Certains programmes d’enseignement supérieur réservent même des places aux diplômés de l’EFP dans des domaines d’études similaires, comme les universités techniques d’ingénierie.

L’apprentissage
En Bulgarie des programmes en apprentissage sont dispensés au second cycle de l’enseignement secondaire.
Dans les programmes en apprentissage, les apprentis sont formés en entreprise au moins deux ou trois jours par semaine. L’apprentissage s’adressant également aux adultes. Tout apprenti reçoit une rémunération de la part de l’employeur.

La formation continue

La formation des adultes

Il n’y a pas de limite d’âge maximum pour l’inscription à l’EFP. Les adultes (16+) peuvent s’inscrire à n’importe quel niveau et sous n’importe quelle forme d’étude, tant qu’ils ont les exigences de niveau d’éducation pour la qualification envisagée. Tous les fournisseurs d’EFP pour les adultes sont privés, mais ils peuvent recevoir un financement public. Cependant, le financement des programmes par les bénéficiaires des formations est le plus courant, suivi par le financement des employeurs et par le financement national. Les adultes peuvent bénéficier de coupons de formation cofinancé par les FSE et déterminés par le décret gouvernemental n° 280 (octobre 2015).

La formation des demandeurs d’emploi

La loi sur la promotion de l’emploi (2002, dernière modification en 2016) stipule que la formation professionnelle des demandeurs d’emploi peut être organisée par les employeurs sous forme de cours de formation professionnelle, de formation continue, de séminaires et de conférences.
La loi sur la promotion de l’emploi prévoit des avantages financiers pour les employeurs qui proposent des places de formation ou des emplois aux demandeurs d’emploi. Le budget de l’État couvre leurs rémunérations, la sécurité sociale et l’assurance maladie jusqu’à 36 mois.

La formation des salariés

En Bulgarie, les grandes entreprises et les entreprises publiques proposent souvent des formations à leurs employés sur le lieu du travail.
D’après la loi sur la TVA, les formations financées par les employeurs sont exemptées de la taxe sur la valeur ajoutée.

L’offre de formation

Le cadre juridique distingue six types de programmes de formation professionnelle (initiale et continue) :
• Des programmes d’EFPI menant à des certifications de niveau 2 du CEC dispensés dans les écoles et les centres de formation. Ils durent un ou trois ans pour les élèves scolarisés et jusqu’à six mois pour les adultes.
• Des programmes d’EFPI et de FPC qui conduisent aux niveaux 3 du CEC (un ou quatre ans) et 4 (pour les adultes - jusqu’à un an et demi) dispensés dans les écoles et les centres de formation.
• Des programmes d’EFP et de FEP permettant d’obtenir les qualifications de niveau 3 et 4 du CEC dans les établissements d’EFP. Leur durée est de un à cinq ans et ils donnent accès à l’enseignement supérieur.
• Des programmes de FEPI et de FEP pour les adultes menant à des qualifications au niveau 5 du CEC, dispensés dans les écoles de FEP d’une durée maximale de deux ans.
• Des programmes d’EFPI et de FPC pouvant aller jusqu’à un an menant à des qualifications partielles (niveau 2 à 4 du CEC), dispensés dans les écoles et les centres de formation.
• Des programmes de CVET pour les adultes conduisant à des qualifications partielles (niveau 2 à 4 du CEC), dispensé dans les écoles et les centres de formation. Leur durée n’est pas définie par le cadre juridique.
La mise en situation de travail constitue une partie importante (50-70%) de tous les programmes de formation professionnelle.

Les partenaires sociaux

Les partenaires sociaux jouent un rôle dans l’EFP à plusieurs niveaux. Ils participent au Conseil économique et social, ainsi qu’à d’autres conseils nationaux pour aider à définir la politique d’EFP. Les employeurs participent activement à la conception et à la mise à jour des normes éducatives de l’État, un processus coordonné par l’Agence nationale pour l’EFP. Les représentants des organisations d’employeurs et des syndicats sont membres des commissions d’examen créées par les prestataires d’EFP. Les organisations d’employeurs s’impliquent également plus activement dans la mise en œuvre de l’EFP. Depuis 2016, ils peuvent proposer des changements à la liste des qualifications de la formation professionnelle.

Le cadre de certification

Les normes formatives de l’État spécifient le contenu des qualifications de l’EFP. Les qualifications professionnelles sont distinctes des certificats attestant des niveaux d’études ; elles peuvent être acquises en plus des certificats et sont liées à un métier. Les qualifications de l’EFP à tous les niveaux sont basées sur les résultats d’apprentissage. Conformément au système de crédits européen pour l’EFP, les qualifications récentes comprennent des unités de résultats d’apprentissage, bien qu’un système de crédit ne soit pas encore entièrement établi.
Le cadre national des certifications (2012) couvre l’ensemble du système éducatif et toutes les qualifications. Il définit neuf niveaux, y compris le niveau 0 (préparatoire).
Les qualifications professionnelles sont incluses dans la liste des professions pour l’EFP approuvée par le ministre de l’éducation. Elle est développée par l’Agence nationale pour la formation professionnelle (NAVET) en partenariat avec les partenaires sociaux. La liste est modifiée une fois par an et elle est structurée par domaines d’enseignement, domaines professionnels, professions et spécialités. Les niveaux de qualification VET sont décrits dans la liste qui comprend plus de 500 qualifications.

Qualité

Pour l’assurance qualité, le ministère de l’éducation et de la science a adopté le cadre européen de référence pour l’assurance qualité (EQAVET).
Les écoles de formation professionnelle établissent leurs propres procédures et critères d’auto-évaluation sur la base des directives nationales pour la gestion de la qualité dans les institutions. L’assurance-qualité comprend également des inspections externes, effectuées dans chaque école au moins tous les cinq ans. Les prestataires d’EFP doivent mettre en place un système interne d’assurance qualité.
Les programmes sont basés sur les lignes directrices et sur les normes éducatives nationales pour l’EFP établies au niveau national. Le ministère de l’éducation élabore la partie obligatoire des programmes d’EFP pour les nouvelles professions. La conception des programmes est soutenue par les enseignants et les employeurs. Une partie des programmes reste conçue par les prestataires d’EFP pour chaque école afin de refléter les spécificités du marché du travail local.

Pour en savoir plus

Bulgaria - Overview : National education system
Eurydice ; EACEA - Agence exécutive éducation, audiovisuel et culture

ReferNet Bulgaria
NAVET - National Agency for Vocational Education and Training ; ReferNet Bulgaria

Spotlight on VET Bulgaria 2018
ReferNet Bulgaria ; CEDEFOP - Centre européen pour le développement de la formation professionnelle
Luxembourg : Publications Office of the European Union, 04/2018, 6 p.

Vocational education and training in Bulgaria : short description 2018 (VET in Europe : country report)
ReferNet Bulgaria ; ReferNet - Réseau européen de référence et d’expertise ; CEDEFOP
Luxembourg : OPUE - Office des publications de l’Union européenne, 04/2018, 68 p.

Mis en ligne le 7 juin 2018

Twitter

Publicité
catalogue 2018-2019