Belgique


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance

Mise à jour juin 2018

• Population (2017) : 11 351 727
• Taux de chômage (2017) : 6,9%
• PIB par habitant (2016) en SPA : 118
• Accroissement du PIB en volume (2017) : 0,5%
• Taux d’inflation (2017) : 2,2%
• Dépenses publiques en matière d’éducation en pourcentage du PIB (2011) : 6,55%
• Population âgée de 25-64 ans ayant suivi une formation (2017) : 7,9%
• Jeunes ayant quitté prématurément l’école et ne poursuivant ni études ni formation (2017) : 9,1%
• Population âgée de 25-64 ans ayant atteint la fin de l’enseignement secondaire (2017) : 76,3%
• Langues officielles : néerlandais (Nord), français (Sud), allemand (Est)

La Belgique est une monarchie constitutionnelle composée de trois régions (Flandre, Wallonie et Bruxelles-Capitale) et de trois communautés (Communauté flamande (BEFL), Communauté française (BEFR) et Communauté germanophone, (BEDG). La multiplicité des autorités chargées de la formation et la diversité des systèmes de formation n’empêche pas une cohérence politique autour d’objectifs communs, tels que ceux définis dans le « Programme national de réforme 2014 » : réduire le taux de décrochage scolaire, accroître le taux de participation à la formation tout au long de la vie, développer l’accès aux qualifications et les valoriser, réduire les inégalités au sein de chaque région. À tous les niveaux, les politiques d’enseignement et de formation professionnelle (EFP) associent étroitement les partenaires sociaux, conformément à la tradition de dialogue social.
Le système de formation est décentralisé, en fonction de chacune des différentes autorités organisatrices (ministères, provinces et municipalités, organismes privés subventionnés).
Les communautés sont chargées de la formation initiale et de la formation des adultes, tandis que certaines compétences demeurent du ressort du niveau fédéral (sécurité sociale, formations en apprentissage, niveaux et appellations des diplômes et âge de l’éducation obligatoire, par exemple).

Schéma du système éducatif belge

La formation initiale

Elle est gratuite.
La scolarité obligatoire s’adresse aux élèves âgés de 6 à 18 ans, jusqu’à l’âge de 15 ans en formation à temps complet et après à temps partiel.

L’enseignement préscolaire est accessible aux enfants de l’âge de 2,5 à 6 ans. Bien que ce ne soit pas obligatoire, presque tous les enfants participent à l’éducation pré primaire. L’éducation préscolaire soutient la formation polyvalente des enfants et stimule leur développement cognitif, moteur et affectif.

L’enseignement primaire s’adresse aux enfants de 6 à 12 ans. Lorsqu’ils terminent avec succès leurs études primaires, ils reçoivent un certificat.

L’enseignement secondaire

L’enseignement secondaire est subdivisé en trois étapes de deux ans chacune :

  • Phase d’observation (de 12 à 14 ans) ;
  • Etape d’orientation (de 14 à 16 ans) ;
  • Etape de détermination (de 16 à 18 ans).
    Après les deux premières années de l’enseignement secondaire, les élèves peuvent choisir de continuer en formation générale ou d’accéder à des parcours professionnels. L’EFP est destiné aux élèves à partir de 14 ans et se décline en deux filières : secondaire technique et secondaire professionnel. Jusqu’à l’âge de 15 ans, seules les écoles sous la responsabilité du Ministère de l’éducation de chaque communauté peuvent dispenser des programmes de formation professionnelle.
    Les élèves inscrits dans les programmes d’enseignement secondaire technique suivent une formation reconnue et/ou un enseignement technique avancé conduisant à un certificat d’enseignement secondaire supérieur. Les programmes d’enseignement secondaire professionnels sont axés sur la pratique et préparent à l’entrée dans la vie active. Ces deux types de programmes donnent lieu à la délivrance d’un certificat de qualification à l’issue de la 6e année. Il est possible de réaliser une septième année dans la filière professionnelle qui amène à l’obtention d’un certificat d’enseignement secondaire supérieur

L’enseignement supérieur

À partir de 18 ans, les jeunes peuvent décider de poursuivre leurs études, d’accéder au monde du travail ou ils peuvent s’adresser à tout dispensateur de formation professionnelle, public ou privé. Ils disposent d’un large choix de filières proposées par le système formatif et par les prestataires d’EFP. Toutefois, les candidats à l’enseignement supérieur – professionnel, technique ou général – doivent être titulaires d’un certificat d’enseignement secondaire supérieur. Ceux qui n’ont pas obtenu ce certificat peuvent suivre un programme de formation pour adultes conduisant à une certification de niveau secondaire, voire à une certification professionnelle supérieure dans certaines disciplines.
L’enseignement professionnel supérieur n’est dispensé que sous forme d’une licence professionnelle d’une durée de 3 ans, dispensé dans les universités.

L’alternance

Les élèves de 15 ans ou plus peuvent aussi opter pour des programmes à temps partiel de type dual, alternant travail et formation théorique.
Les apprentis ont le choix entre deux prestataires : les établissements scolaires ou en dehors de l’école, les centres de formation dépendant des services publics. Dans les programmes organisés par les centres d’éducation et de formation en alternance, les apprentis suivent des cours d’enseignement général et d’enseignement technique deux jours par semaine à l’école et travaillent en entreprise les trois autres jours.
La flexibilité du système est limitée notamment en ce qui concerne la Communauté francophone où il n’est pas possible d’accéder directement après une formation en apprentissage aux programmes d’enseignement supérieur.
Un système dual d’apprentissage est proposé également aux adultes : il s’agit de la formation entrepreneuriale avec des programmes d’une durée de 1 à 3 ans. Comme pour les autres programmes en alternance, ils sont proposés par les prestataires de formation professionnelle au niveau régional. Cette formation s’adresse à ceux qui souhaitent créer leur propre entreprise, mais aussi aux salariés. Les programmes se déroulent principalement le soir ou pendant le week-end.

La formation continue

La formation des adultes permet d’obtenir un diplôme ou des certificats pour tous les niveaux du système de formation : notamment pour l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur. Dans toutes les communautés, les programmes de formation des adultes sont conçus en étroite collaboration avec tous les prestataires d’EFP, publics et privés.
La formation des adultes est dispensée sous différentes formes : par des partenaires privés « subventionnés » (associations à but non lucratif visant à développer les compétences sociales et culturelles des individus) ; par les centres de formation gérés par les partenaires sociaux ; par des centres de formation privés agréés et non subventionnés qui proposent le plus souvent des cours de langues et de communication.
Les personnes qui veulent accéder à la formation des adultes doivent avoir au moins 15 ans et avoir achevé les deux premières années de l’enseignement secondaire, ou avoir 16 ans et avoir le niveau de l’option sélectionnée. Les élèves mineurs suivent généralement des modules spécifiques pour compléter leur formation de base.
Il n’y a pas de frais d’admission pour les jeunes de moins de 18 ans, les demandeurs d’emploi, les personnes handicapées et les autres bénéficiaires d’aides sociales.
La formation des adultes est organisée à travers un système de formation cohérent de crédits. Toute unité de formation peut être combinée avec d’autres afin de constituer un programme complet pour acquérir les compétences nécessaires à l’obtention d’une qualification professionnelle.
Les centres de formation des adultes, peuvent agir aussi en tant qu’organes d’évaluation pour la délivrance du titre de « compétence professionnelle » : il s’agit d’une procédure de validation d’acquis qui permet aux adultes de se voir reconnaître des formations non-formelles ou informelles ou des expériences effectuées précédemment. Le Consortium de validation des compétences élabore des normes qui sont ensuite imposées aux centres de validation des compétences, en impliquant les partenaires sociaux.
En ce qui concerne le financement, chaque Communauté est organisée de façon différente :

  • La Communauté française, accorde une subvention aux écoles qu’elle gère directement. Quant aux autres institutions, le financement est basé sur le nombre de participants et le nombre d’unités de formation.
  • Les centres de formation pour les adultes de la Communauté flamande sont financés par le Ministère flamand de l’éducation et de la formation sur la base des heures d’enseignement et par les frais d’inscription payées par les bénéficiaires.
  • Les établissements privés de formation des adultes de la Communauté germanophone, sont financés par les frais d’inscription, dont le montant dépend du type et du volume de la formation ou du cours et du statut de la personne. Les établissements publics sont financés en tant qu’écoles de formation professionnelle par les autorités.

La formation des salariés

Les programmes organisés par les services publics de formation comprennent aussi la formation à l’entrepreneuriat, ouverte aux plus de 18 ans qui conduit à une certification partielle ou complète.
Le taux de participation à la formation demeure faible : des efforts ont été faits pour développer la formation des adultes, l’alphabétisation, l’apprentissage des langues et la formation aux nouvelles technologies. Des politiques sont également mises en œuvre non seulement pour inciter les entreprises à mieux remplir leur obligation de consacrer 1,9% de leur masse salariale aux programmes de formation tout au long de la vie, mais aussi pour renforcer les synergies entre le monde du travail et celui de la formation. Les travailleurs ont droit à un congé formation payé de 120 heures/an. L’employeur ne peut pas le refuser et il reçoit un remboursement du salaire versé au salarié pendant la période de formation.

La formation des demandeurs d’emploi
Chaque demandeur d’emploi peut participer à une formation professionnelle gratuite dispensée par les organismes publics de l’emploi et de la formation ou par une organisation à but non lucratif pour l’insertion sociale et professionnelle.
Des programmes de formation professionnelle au sein d’une entreprise sont proposés aux demandeurs d’emploi, en signant un accord tripartite avec le service pour l’emploi régional et l’employeur. La durée est comprise entre un et six mois maximum, avec possibilité d’extension jusqu’à 12 mois pour les jeunes sous-qualifiés. L’employeur est tenu de recruter le stagiaire à la fin du programme de formation, pour une durée égale au moins à période de formation effectuée. Le service de l’emploi verse directement au stagiaire une allocation, une prime de productivité et rembourse les frais de transport.

Le cadre de certification

Chaque Communauté, définit le cadre dans lequel les établissements d’enseignement peuvent organiser leurs programmes par niveau d’éducation : enseignement secondaire, formation des adultes et enseignement supérieur. Parallèlement, chaque communauté a développé sa propre approche de la définition et de l’évaluation des compétences et des qualifications.
Les trois communautés ont leur propre cadre de qualification, mais la structure CEC en 8 niveaux est en cours de mise en place.

Qualité
L’assurance qualité en Belgique est sous la responsabilité de plusieurs organes qui diffèrent pour chaque communauté. En général des contrôles internes et externes sont effectués à tout niveau d’enseignement et de formation par différents inspections, comités et conseils.
En ce qui concerne la formation professionnelle dans la Communauté française, le Service francophone des métiers et des qualifications, SFMQ établit des référentiels afin d’assurer la qualité.

Pour en savoir plus

Belgium - Flemish Community Overview : National education system
EACEA ; Eurydice

ReferNet Belgium
Bruxelles Formation (Belgique)

Belgium : VET (Vocational Education and Training) in Europe - country report 2016
ReferNet Belgium ; ReferNet - Réseau européen de référence et d’expertise ; Cedefop ; Bruxelles Formation ; Isabelle Allinckx, ; David Monico
Thessalonique (Grèce) : Cedefop, 01/2018, 74 p.

Developments in vocational education and training policy in 2015-17 : Belgium
Cedefop, 2018

Education and Training Monitor 2017 - Country analysis
European Commission ; Directorate General for Education and Culture
Luxembourg : Publications Office of the European Union, 11/2017, 315 p.

Education Policy Outlook : Belgium - September 2017
OCDE - Organisation de coopération et de développement économiques
Paris : OCDE, 09/2017, 32 p.

Regards sur la formation professionnelle Belgique
Cedefop, 2015, 6p.

Mis en ligne le 7 juin 2018

Twitter

Publicité
catalogue 2018-2019