Autriche


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance


Mise à jour juillet 2018

• Population (2017) : 8 772 865
• Taux de chômage (2017) : 5,5%
• PIB par habitant (2016) en SPA : 128
• Accroissement du PIB en volume (2017) : 0,8%
• Taux d’inflation (2017) : 2,2%
• Dépenses publiques en matière d’éducation en pourcentage du PIB (2011) : 5,80%
• Population âgée de 25-64 ans ayant suivi une formation (2017) : 15,5%
• Jeunes ayant quitté prématurément l’école et ne poursuivant ni études ni formation (2017) : 7,3%
• Population âgée de 25-64 ans ayant atteint la fin de l’enseignement secondaire (2017) : 84,8%
• Langues officielles : allemand

L’ Autriche est une république parlementaire, fondée sur les principes de démocratie et de la séparation des pouvoirs. Le pays compte 9 provinces fédérales, chacune avec son propre gouvernement provincial. Le Parlement est composé de deux chambres qui se partagent le pouvoir législatif au niveau fédéral : le Conseil National (Nationalrat) et le Conseil Fédéral (Bundesrat).
Le système de formation se caractérise par une politique scolaire centralisée : le Ministère fédéral de l’éducation (Bundesministerium für Bildung, BMB) est chargé de l’enseignement primaire et secondaire et de la formation professionnelle, l’apprentissage est géré par le Ministère de l’économie, par le Ministère de l’éducation, par les partenaires sociaux et par les Länder. Le Ministère fédéral de la science, de la recherche et de l’économie (Bundesministerium für Wissenschaft, Forschung und Wirtschaft, BMWFW) est responsable des universités publiques et privées.

Schéma du système éducatif autrichien (version anglaise)

La formation initiale

L’enseignement préscolaire
La scolarité obligatoire commence à l’âge de 6 ans et a une durée de 9 ans.
L’enseignement préscolaire est composé de crèches pour les enfants de moins de 3 ans et de maternelles pour les 3-6 ans. Les crèches familiales (Tageseltern) et les associations de parents peuvent aussi remplacer les organismes publics.
Depuis 2010 la fréquentation des maternelles (Kindergartens) est obligatoire pour les enfants âgés de 5 ans.

L’enseignement primaire a une durée de 4 ans. Il s’adresse aux enfants de 6 à 10 ans et il a pour objectif de fournir aux élèves une éducation générale.

Le premier cycle de l’enseignement secondaire
a une durée de 4 ans. A l’âge de 10 ans les élèves peuvent choisir de s’inscrire à l’enseignement secondaire inférieur (Neue Mittelschule, NMS) ou au premier cycle des écoles d’éducation générale (allgemeinbildende höhere Schule, AHS).

Le second cycle de l’enseignement secondaire
Les élèves peuvent choisir d’intégrer 4 ans du cycle supérieur général de l’école secondaire (AHS) ou les programmes de formation professionnelle.
Les programmes de formation professionnelle sont variés et très attractifs : 75% des jeunes choisissent un parcours professionnalisant.
Les programmes de formation professionnelle proposent une éducation générale et l’acquisition de compétences professionnelles basiques. L’offre comprend :

  • Une année facultative de formation préprofessionnelle : les élèves grâce à des cours pratiques à l’école et en entreprise se familiarisent avec le monde du travail et se préparent à choisir leur future profession. Une spécialisation parmi 6 domaines doit être choisie ; les dispensateurs peuvent ainsi décider d’offrir d’autres spécialisations compte tenu des spécificités locales.
    Ensuite les élèves peuvent décider de s’inscrire à :
  • Des programmes formatifs de trois ou quatre ans (BMS) au choix pour les jeunes de 14 à 17/18 ans. Les deux premières années sont considérées des formations préprofessionnelles et les enseignements prévoient différents domaines comme l’économie, l’agriculture, la nutrition, les affaires sociales et les soins infirmiers. Les années suivantes mènent à des certifications qui permettent d’exercer différentes occupations. En soutenant un examen final (Berufreifeprüfung, BRP) les élèves ont accès à l’enseignement supérieur.
    Les élèves peuvent ensuite décider de s’inscrire à des cours complémentaires (Aufbaulehrgänge) d’une durée de 2 à 3 ans qui ont pour objectif d’amener les diplômés des écoles secondaires professionnelles et techniques inférieures (BMS) et les apprentis à l’obtention de la certification qui correspond au niveau supérieur des écoles secondaires (BHS).
  • Des programmes formatifs de cinq ans (BHS) adressés aux jeunes de 14 à 19 ans. Ils proposent une éducation générale approfondie avec des enseignements professionnels en différents domaines (business, ingénierie, fashion, design, tourisme, etc.). Ils mènent à une double certification qui donne accès à l’enseignement supérieur.
  • Un système dual d’apprentissage qui propose 200 formations : les enseignements sont dispensés en entreprise et à l’école.
    Une importance particulière est accordée à l’orientation professionnelle (visites et journées en entreprise) pour que les élèves puissent avoir un contact direct avec le monde du travail.

L’apprentissage s’adresse aux jeunes à partir de 15 ans et prévoit 80% des enseignements en entreprise. Pour pouvoir accéder à ces formations il faut avoir complété les 9 ans de scolarité obligatoire. Les apprentis doivent trouver eux-mêmes un contrat d’apprentissage : la plateforme du Service de l’emploi public (AMS) et la Chambre fédérale de commerce (WKÖ) fournissent un accompagnement.
Les partenaires sociaux exercent un rôle décisif sur la structure et le contenu du contrat d’apprentissage lors des conseils consultatifs.
A la fin du contrat les apprentis peuvent passer un examen final (LAP), qui détermine les compétences que le candidat a acquis et qui permet de poursuivre les études. La certification d’apprentissage peut également être obtenue grâce à des périodes de pratique professionnelle qui substituent l’apprentissage formel.
Les programmes d’apprentissage sont très appréciés en Autriche : 36% des jeunes choisissent un parcours de ce type. Les écoles définissent les programmes des formations afin de mieux répondre aux besoins locaux. Les programmes de formation s’adaptent aux besoins du marché du travail et ont permis au pays d’atteindre en 2009 un pourcentage inférieur à 10% pour ce qui concerne le décrochage scolaire précoce, objectif envisagé en 2020 au niveau européen. L’apprentissage peut également constituer la base d’une carrière entrepreneuriale : 40% des managers business sont issus de formations en apprentissage. Dans plusieurs cas la voie de l’apprentissage est le seul moyen qui permet d’exercer une occupation (coiffeur, menuisier, maçon, etc.). Les formations en apprentissage sont aussi très répandues dans les secteurs du tourisme, du commerce de gros et de détail et de l’industrie.
La tendance de plus en plus croissante à opter pour une formation en apprentissage combinée à une offre décroissante des contrats d’apprentissage (causée entre autres aux compétences insuffisantes des apprentis) a mené au développement de la formation ÜBA (Überbetriebliche Berufsausbildung). Conçu à l’origine comme une formation temporaire ce programme a été incorporé à l’apprentissage en système dual en 2008 : il s’adresse aux jeunes qui n’ont pas trouvé un contrat d’apprentissage en entreprise ou qui n’ont pas été acceptés dans les écoles de formation professionnelle. Il s’agit d’un atelier de formation subventionné par l’Etat (Service public d’emploi). La partie théorique est dispensée dans les écoles de formation professionnelle à temps partiel.

L’enseignement postsecondaire comprend :

  • Des programmes de deux ou trois ans proposés par les BHS (Kollegs) ouverts à toute personne qui possède un diplôme d’éducation secondaire générale : une certification de compétence professionnelle n’est pas requise mais les candidats doivent passer un examen d’admission (Reifeprüfung). Dans ces programmes les élèves acquièrent les compétences pour exercer différents métiers en fonction du programme choisi et ils obtiennent un diplôme final (Diplomprüfung).
  • Des programmes d’un ou deux ans proposés par les organismes de la formation continue (Meisterschule, Werkmeisterschule, Bauhandwerkerschule) et par les partenaires sociaux s’adressent aux personnes qui ont complété une formation professionnelle et qui souhaitent exercer un métier de l’artisanat ou de l’industrie.

Enseignement supérieur
Pour pouvoir intégrer l’enseignement supérieur les élèves doivent avoir fréquenté un programme secondaire académique ou un programme de haute formation professionnelle. Les diplômés d’une formation professionnelle intermédiaire ou les apprentis peuvent intégrer l’enseignement supérieur en passant un examen (Berufreifeprüfung, BRP). Un autre moyen pour obtenir la qualification à l’enseignement supérieur est l’examen SBP (Studienberechtigungsprüfung) mais il est orienté à un domaine spécifique de spécialisation et il s’adresse aux personnes qui possèdent déjà des compétences professionnelles.
Des programmes de formation professionnelle sont également dispensés par les universités et les universités de sciences appliquées et accueillent les jeunes à partir de 18 ans. D’une durée de cinq ans (trois ans de licence et deux de master) ces formations sont consacrées à des domaines d’occupation spécifiques (technique, médical, business, enseignement).

La formation continue

Les programmes de formation continue sont financés par l’Etat, mais les participants doivent payer une contribution. Pour être admis il faut avoir complété 8 ans de scolarité (NMS ou le cycle inférieur de l’AHS). La mobilité entre formation initiale et formation continue est possible à différentes étapes.

La formation des adultes vise à améliorer leurs compétences ou à en obtenir des nouvelles. En 2015 l’Autriche a atteint un autre objectif prévu par l’UE en 2020 : le 15% des adultes travailleurs ont pris part à la formation tout au long de la vie.
Pour ce qui concerne le financement, la loi pour le financement de la formation des adultes définit qui peut bénéficier du fond et comment (prêts, subventions, etc.). Le financement est attribué uniquement aux organismes de formation à but non lucratif. Des fonds sont aussi alloués au niveau fédéral, par les provinces et les municipalités et ils peuvent être distribués directement ou via des associations. Ils sont préférablement adressés aux employés, aux jeunes et aux personnes désavantagées. Les partenaires sociaux et le Service d’emploi public (AMS) sont également des sources de financement. Enfin les employés peuvent demander des exemptions fiscales sur la formation continue.

La formation des salariés

Plus de 87% des entreprises sont activement impliquées dans la formation continue. Les entreprises peuvent choisir des formations en interne ou de faire participer les employés aux formations des dispensateurs externes.
En outre les travailleurs peuvent fréquenter des cours du soir afin d’acquérir la certification BHS (BHS für Berufstätige) : ce programme d’une durée de 3 ans prévoit également des cours à distance et il est accessible à partir de 17 ans.

La formation pour les demandeurs d’emploi

Les taux de chômage en Autriche est inférieur à la moyenne européenne dans presque toutes les tranches d’âge, en particulier pour ce qui concerne les jeunes (15/24 ans). La large gamme de programmes de formation professionnelle comme l’apprentissage permet de vanter ces résultats.
L’AMS propose aux demandeurs d’emploi des formations spécifiques : cours d’orientation professionnelle, cours de qualification, etc.

L’offre de formation est large et variée : environ 1800 organismes dispensent des programmes de formation continue. Les partenaires sociaux sont les principaux dispensateurs (l’Institut pour la promotion économique (WIFI) et l’Institut de la formation professionnelle (BFI) de la Chambre du travail).
Le financement de la formation continue dépend du type de programme : dans la majeure partie des cas les coûts sont à la charge des participants et/ou des entreprises pour lesquelles ils travaillent. Il y a cependant des mesures (comme les congés de formation) et des subventions financières (sous forme d’allégements fiscaux) qui couvrent partiellement les dépenses.

Le cadre de certification

Un très grand nombre de programmes de formation professionnelle en Autriche ne mène pas à des certifications règlementées par le gouvernement, cependant elles sont très importantes sur le marché du travail.
Un cadre de certification national a été élaboré en 2016 : il comprend 8 niveaux ; pour intégrer une certification au registre des certifications nationales elle doit remplir différents critères (procédure d’évaluation, garantie de qualité…).

Qualité

En 2013 des lignes directrices ont été établies afin d’assurer la qualité des programmes de formation professionnelle. Les objectifs et le contenu des programmes de formation professionnelle proposés par les BMHS sont détaillés dans les programmes d’étude élaborés par le Ministère de l’Education (BMB). Le Ministère de l’Economie (BMWFW) définit la fiche de poste et les compétences pour ce qui concerne la partie pratique en entreprise. Les entreprises et les partenaires sociaux peuvent toutefois ajuster ces normes ; le Conseil consultatif fédéral pour l’apprentissage (Bundesberufsausbildungsbeirat, BBAB) peut également proposer des réformes.

Pour en savoir plus

Austria - Overview : National education system
Eurydice ; EACEA

ReferNet Austria
ReferNet Austria ; IBW - Austria Research & Development in VET / Institut für Bildungsforschung der Wirtschaft ; ÖIBF - Austrian Institute for Research on Vocational Training / Österreichisches Institut für Berufsbildungsforschung

Vocational training in Austria
BMDW - Bundesministerium für Digitalisierung und Wirtschaftsstandort / Federal Ministry for Digital and Economic Affairs

Spotlight on VET Austria
ReferNet Austria (Autriche) ; IBW - Institut für Bildungsforschung der Wirtschaft ; CEDEFOP
Luxembourg : Publications Office of the European Union, juillet 2018, 6 p.

Austria : VET [Vocational Education and Training] in Europe - country report 2016
ReferNet Austria ; CEDEFOP ; Sabine Tritscher-Archan ; IBW - Institut für Bildungsforschung der Wirtschaft ; Sabine Nowak
Thessalonique : CEDEFOP, December 2017, 44 p.

Education in Austria 2016/17
BMBWF - Bundesministerium für Bildung, Wissenschaft und Forschung / Austrian Federal Ministry of Education, Science and Research
Vienne : BMBWF - Austrian Federal Ministry of Education, Science and Research, 01/2017, 40 p.

Education Policy Outlook : Austria - September 2017
OCDE -Organisation de coopération et de développement économiques
Paris : OCDE, 09/2017, 28 p

Mis en ligne le 6 juillet 2018

Twitter

Publicité
catalogue 2018-2019