Accueil > Union Européenne & formation > Actualités > Budget 2021-2027 : les propositions de la Commission (...)
PNG - 4.2 ko

Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne
dans le cadre du réseau Euroguidance

Budget 2021-2027 : les propositions de la Commission pour la formation et la jeunesse

La Commission présidée par Jean-Claude Juncker a présenté le 2 mai ses propositions pour le futur budget qui couvrira la période 2021 à 2027.

Le chapitre intitulé « Investir dans les personnes » précise les évolutions envisagées pour les fonds et programmes liés au secteur éducation et formation et à la jeunesse.

Le caractère prioritaire du « Socle européen des droits sociaux », récemment proclamé, justifie pour la Commission de renforcer les moyens dédiés à une Europe de la connaissance et des compétences.

Doubler les crédits Erasmus +

La Commission propose de doubler le budget du programme Erasmus +, qui atteindrait alors les 30 milliards d’euros. La jeunesse est ainsi réaffirmée comme centrale dans les actions de l’Union européenne, qui souhaite multiplier les opportunités de mobilité.
Ceci alors que le programme 2014-2020 devrait à terme avoir bénéficié à 4 millions de citoyens européens, tandis que les demandes de financements actuellement reçues pour la France (mobilités et projets) excèdent largement l’enveloppe disponible.

Financer de nouvelles initiatives

Parmi les nouvelles mesures financées, le Corps européen de solidarité qui se met en place sera doté d’un budget de 1,26 millliards d’euros, et intégré dans le cadre de l’actuel programme de volontariat européen.
Il est également proposé de financer le pass Interrail pour les jeunes à hauteur de 700 millions d’euros.

Simplifier les fonds structurels et les conditionner au respect de valeurs communes

La Commission souhaite simplifier la gestion des fonds structurels et dépasser l’actuelle fragmentation des instruments financiers liés à la politique sociale, en fusionnant dans un seul instrument financier plusieurs fonds et programmes.

Une nouvelle génération du Fond social européen (FSE) serait dénommée « FSE + » avec un budget de 101,2 milliards d’euros, dont une partie sera fléchée pour l’intégration des migrants.

L’accès à l’ensemble des fonds européens serait conditionné au respect de l’état de droit ; pour suspendre l’accès aux fonds des pays s’éloignant des valeurs communes de l’Europe, une simple recommandation de la Commission suffirait suivie d’une validation par le Conseil.

La Commission plaide pour accélérer les négociations sur le prochain budget de l’UE et parvenir à un accord avant mai 2019, qui nécessitera une décision à l’unanimité du Conseil après consultation du Parlement européen.

Plus d’informations :

Source : Centre Inffo, Département Régions Europe International, 3 mai 2018

Mis en ligne le 3 mai 2018

Twitter

Publicité
catalogue 2018-2019