En cours de mise à jour

Suède


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance


La Suède : pays des NTIC
La Suède est un des tout premiers pays en Europe à développer et diffuser largement les nouvelles technologies. Stockholm, capitale européenne de l’internet, personnifie cette longue tradition d’innovation et d’usage des TIC dans les entreprises, l’école, l’université et à domicile. Aujourd’hui, plus d’un foyer sur deux est équipé d’un ordinateur personnel et d’une connexion à internet.
L’ambition de ce pays est de fonder "une société de l’information pour tous"(1), permettant à chaque citoyen de participer à son propre développement et de prendre une part plus active à la vie politique (en participant à des débats et des dossiers d’intérêt général par exemple).

Géographie et population
La Suède connaît un contexte multiculturel riche.
Deux groupes autochtones sont représentés dans le nord du pays : une population de langue finnoise, et 85 000 lapons (dits "Saami").
Le pays connaît une forte immigration depuis les années 40, principalement des pays scandinaves voisins mais aussi d’autres pays européens, notamment des réfugiés Serbes et Monténégrins depuis 10 ans. On évalue à un million les immigrés présents en Suède, soit environ 11% de l’ensemble de la population.

Gouvernement, comtés et municipalités
Une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire régit le pays, avec à sa tête le roi Carl XVI Gustaf.

  • Le niveau national
    L’ensemble de la législation, des réglementations et des programmes en matière d’éducation est déterminé par le Parlement et le ministère de l’Education et des Sciences, à l’exception des formations qui relèvent du ministère de l’Agriculture.
    La formation et l’enseignement professionnels reposent sur une législation émanant conjointement du ministère de l’Education et des Sciences et du ministère de l’Industrie, de l’emploi et des communications..
  • Le niveau local
    La Suède est répartie en 21 comtés et 290 municipalités.
    Depuis 1991, la responsabilité du personnel enseignant et la mise en œuvre des activités scolaires ont été transférées aux municipalités. Celles-ci sont responsables des écoles primaires et secondaires, de l’éducation des adultes, y compris l’enseignement du suédois pour les immigrants, ainsi que de l’éducation des jeunes et des adultes handicapés.

Le système éducatif suédois
Il est doté d’une structure uniforme depuis le niveau élémentaire jusqu’au lycée et l’enseignement pour adultes.
L’enseignement pour adultes fait partie du système éducatif public et la progression est continue de l’enseignement scolaire élémentaire et secondaire vers l’éducation pour adultes.

  • L’enseignement pour les jeunes recouvre :
    • un système scolaire obligatoire,
    • un second cycle d’enseignement secondaire à orientation professionnelle.
  • La formation professionnelle continue pour les adultes comprend :
    • la formation à l’insertion professionnelle
    • la formation professionnelle dans le cadre de l’éducation municipale pour adultes
    • la formation en entreprise
    • la préparation de diplômes universitaires professionnels.
      Globalement, le niveau d’éducation de la population suédoise est élevé : 82 % de la population , âgée de 25 à 65 ans avait atteint le niveau secondaire supérieur en 2003 (35 % en France-Source Eurostat).
      Depuis le 1er juillet 2001, chaque élève, étudiant ou adulte en formation peut recevoir une aide sous forme de prêt ou de bourse.

Quelques données statistiques

Source : Eurostat

  • Schéma du système éducatif suédois :
JPEG - 165.7 ko

La formation initiale

L’enseignement obligatoire
L’enseignement public (scolaire et préscolaire) est placé sous l’autorité du Ministère de l’éducation et des sciences.
La responsabilité générale de l’éducation incombe au Parlement et au gouvernement suédois qui fixent une direction par objectifs et résultats aux écoles.
Plus de 97% des enfants vont à l’école publique.
Un enseignement obligatoire de 9 années est prévu par la loi et concerne les enfants de 7 à 16 ans ; depuis 1991, les enfants peuvent également commencer l’école à partir de 6 ans.
Une école Saami pour les Lapons leur permet de suivre, dans leur langue, les six premières années de l’école obligatoire.

L’enseignement post-obligatoire
Depuis 1992, la loi sur l’enseignement scolaire, oblige les municipalités à proposer à chaque élève un enseignement de second cycle jusqu’à 20 ans. Ce cycle s’échelonne sur 3 ans et prévoit 17 programmes nationaux : 14 à dominantes professionnelles et 3 généraux à orientation universitaire.
L’enseignement secondaire professionnel (48 % des jeunes) et l’enseignement secondaire général (52 % des jeunes) sont dispensés dans les mêmes lycées, gymnasieskola.
Le système étant modulaire, les élèves ont un large choix de matières. Un tiers des matières est imposé (tronc commun) et le reste des programmes est choisi par l’élève, suivant ses aspirations mais aussi, selon les caractéristiques de l’emploi au niveau local.
Une scolarité spéciale est destinée aux personnes handicapées. Leur programme d’enseignement est le même que celui de l’enseignement secondaire, avec toutefois des cours et des horaires aménagés sur une période de 4 ans au lieu de 3.
Des écoles d’entreprise ont été mises en place récemment, afin de répondre à leurs besoins spécifiques en terme de qualification. Pour les jeunes en difficulté, les communes proposent des programmes individualisés de durée variable, leur permettant de rattraper les filières classiques.

L’enseignement professionnel
L’enseignement professionnel fait partie du second cycle de l’enseignement secondaire avec 14 programmes différents.
Ces programmes d’enseignement professionnel réservent au moins 15% du temps de formation au milieu professionnel, au cours de stages pratiques en entreprise, comptant dans l’évaluation et la notation finale.

Depuis janvier 2002, le parlement suédois (Riksdag) a voté la création d’un enseignement professionnel « avancé ». Cette nouvelle forme d’enseignement post-secondaire permet de valider plus rapidement (1 à 3 ans) des qualifications professionnelles attendues sur le marché du travail. Un tiers du temps est consacré à un apprentissage actif par le travail. Ces cursus sont menés en étroite collaboration entre les entreprises et les organismes de formation.

L’apprentissage est très peu développé en Suède. Un programme pilote « apprendre en situation professionnelle » LIA, est actuellement expérimenté. Il alterne périodes en entreprise et formation théorique, sans contrat de travail.

Une filière post secondaire non universitaire, KY, d’une durée de deux ans, a été introduite en 2002 pour les secteurs de l’industrie, de la santé et des nouvelles technologies, destinée aux jeunes ou aux adultes. Un tiers de la formation se déroule en situation de travail.

L’enseignement supérieur
Il est financé directement par l’Etat et permet l’accès à des cursus variés :

  • la préparation de diplômes universitaires à vocation professionnelle ;
  • la préparation de diplômes généraux.

La formation professionnelle continue

La Suède a une longue tradition, en matière de formation des adultes

  • L’ enseignement communal pour les adultes, est assuré sous la responsabilité des municipalités.
    Depuis 1992/1993, les formations proposées à tout adulte de plus de 20 ans, concernent l’éducation de base, le second cycle de l’enseignement secondaire ainsi que la filière post-secondaire non universitaire.
    Les cours conduisent à des diplômes officiels équivalents à ceux délivrés aux jeunes. Leur organisation doit permettre de combiner formation et emploi.
    La plupart des municipalités proposent des cours de langue suédoise aux immigrés.
  • Les écoles supérieures populaires, sont gérées par des organisations syndicales, des communautés religieuses ou par des organismes à but non lucratif. Elles réservent une part de leur activité à des cycles de formation destinés aux adultes ayant les niveaux de qualification les plus faibles, en mode présentiel ou par des cours à distance.
  • Onze associations d’éducation populaire sont présentes dans tout le pays. Ces associations sont affiliées, soit à un parti politique, soit à d’autres organisations.

Ces écoles municipales ou privées interviennent également dans les entreprises.

La formation en entreprise
La formation interne s’est développée largement dès les années 80.
Près de 40% des salariés bénéficiaient, en 2000, d’une formation organisée par leur entreprise.
Cette formation est majoritairement financée par les employeurs (95 % du total) et se déroule souvent pendant le temps de travail, même si un droit au congé de formation est prévu dans la loi, depuis 1975.

La Suède innove et lance des réformes pour promouvoir la formation des salariés. En offrant la possibilité aux salariés d’emprunter auprès de leur employeur du matériel informatique pour leur usage privé. Nets d’impôts, ces équipements peuvent être rachetés après quelques années pour une somme symbolique.

Pour réduire les inégalités d’accès à la formation suivant les niveaux de qualification ou les secteurs d’activités, le gouvernement met en application depuis janvier 2002, des comptes individuels de formation. Ces comptes sont à la disposition de tous les salariés pour financer leurs besoins en développement des compétences tout au long de leur vie professionnelle. Si ces fonds ne sont pas utilisés avant l’âge de la retraite, ils se transforment en épargne ou en assurance retraite.

La formation des demandeurs d’emploi

Le taux de chômage s’est accru sensiblement au cours des dernières années, 4% en 2002, 6,3 % en 2004, même s’il reste très inférieur à la moyenne européenne, 10%. Le gouvernement a donc décidé d’allouer des moyens supplémentaires aux communes en 2005-2006, l’objectif fixé étant de ramener ce taux au niveau de 2002.

Une politique de formation pour l’insertion professionnelle existe depuis de nombreuses années en Suède pour réduire le chômage. Les chômeurs de longue durée bénéficient d’un monitorat intensif, à plein temps, dite garantie d’activité, jusqu’à ce qu’une solution leur soit trouvée, emploi ou formation. Ces accompagnements sont construits sur la base de l’analyse de l’expérience de la personne et des opportunités du marché de l’emploi local, mais aussi régional et national.

  • les agences locales pour l’emploi, AMS, assurent la collecte des offres d’emploi, la création de cercles de recherche d’emploi et des aides à la dynamisation des personnes à la recherche d’un emploi. Elles assurent aux personnes au chômage une occupation, une expérience professionnelle destinées à faciliter leur retour à l’emploi, ou un monitorat intensif :
  • l’aide à l’emploi, vise à encourager les employeurs à recruter des chômeurs de longue durée,
  • des stages professionnels sont proposés à ceux qui ont besoin d’une expérience pratique sur un lieu de travail.
  • des formations d’insertion professionnelle sont organisées pour répondre aux besoins en qualification, dans les secteurs où existe une pénurie de main d’œuvre.
  • la garantie pour les jeunes sans emploi, de 20 à 24 ans, est un programme d’activité à temps complet organisé par les communes.

Liens

Sites européens :

  • CEDEFOP (Centre européen pour le développement de la formation professionnelle)

Démarche à suivre pour accéder à la présentation du système de formation professionnelle suédois :

  1. Enregistrez-vous préalablement sur le "LOGIN" de la page d’accueil : www.trainingvillage.gr
  2. Accédez à la rubrique « systèmes nationaux de FEP »
  3. Consultez les rapports synthétiques « thematic overviews » ou détaillés par rubriques « detailled thematic analyses »

Sites suédois :

Bibliographie

  • Le système de formation professionnelle en Suède - Abrahamsson, K (2000). CEDEFOP.
  • The financing of vocational education and training in Sweden- Financing portrait Andersson, R. (2000). CEDEFOP.

  1. Source : Lars Ilshammar, Svenska Institutet - Retour
Mis en ligne le 20 janvier 2005

Twitter

Publicité
Catalogue de l'offre de formation Centre Inffo - 2017-2018