Norvège


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance


• Population (2017) : 5 258 317
• Taux de chômage (2017) : 4,2 %
• PIB par habitant (2016) en SPA : 148
• Accroissement du PIB en volume (2017) : 0,3%
• Taux d’inflation (2017) : 1,9%
• Dépenses publiques en matière d’éducation en pourcentage du PIB (2011) : 6,6%
• Population âgée de 25-64 ans ayant suivi une formation (2017) : 20,2%
• Jeunes ayant quitté prématurément l’école et ne poursuivant ni études ni formation (2017) : 10,9%
• Population âgée de 25-64 ans ayant atteint la fin de l’enseignement secondaire (2017) : 82,1%
• Langues officielles : norvégien

La Norvège est une démocratie parlementaire. Le parlement norvégien (Storting) décide les principaux objectifs politiques, ainsi que les budgets et les cadres juridiques pour les activités de chaque ministère. Le pays compte trois niveaux administratifs : l’Etat, les comtés (fylkeskommuner) et les municipalités (kommuner). Il y a 19 comtés et 392 municipalités. Chacun de ces niveaux dispose d’un organe de décision élu localement et d’un organe exécutif nommé par l’assemblée concernée.
Les municipalités sont responsables de l’enseignement primaire et le premier cycle de l’enseignement secondaire, tandis que les autorités de comté sont responsables de l’enseignement secondaire supérieur public et de la formation professionnelle.
Le ministère de l’éducation et de la recherche est responsable de l’éducation et de la formation à tous les niveaux. Dans l’enseignement secondaire supérieur la structure du système d’EFP est définie au niveau national, mais il y a également une forte coopération avec les régions et les partenaires sociaux. La coopération nationale est organisée au sein du Conseil national pour l’EFP (Samarbeidsrådet for yrkesopplæring - SRY), de 9 conseils pour la formation professionnelle (Fagligeråd) et d’une commission nationale (Klagenemnder). La coopération régionale implique des commissions de comté pour la formation professionnelle et des jurys d’examen (Prøvenemnder). Les autorités régionales de comté gèrent et supervisent la distribution des financements provenant du budget de l’Etat et les formations en apprentissage.

Schéma du système éducatif norvégien (version anglaise)

La formation initiale

La formation initiale est gratuite (y compris l’enseignement supérieur). La scolarité obligatoire comprend l’enseignement primaire et le premier cycle de l’enseignement secondaire.

L’enseignement préscolaire

Les enfants ont droit à une place dans un jardin d’enfants dès l’âge d’un an. Environ 50% des jardins d’enfants sont privés, mais financés par le gouvernement. Les frais payés par les parents sont modérés et sont réglementés par le gouvernement, elles sont les mêmes pour les institutions publiques et privées.
L’enseignement préscolaire s’adresse aux enfants jusqu’à l’âge de 6 ans et il n’est pas obligatoire. Les municipalités sont responsables du développement, de la supervision des institutions privées et municipales et de la gestion des institutions conformément aux objectifs fixés par le gouvernement national.

L’enseignement primaire et le premier cycle de l’enseignement secondaire

La scolarité obligatoire a une durée de 10 ans et comprend deux étapes :
● Enseignement primaire : de 6 à 12 ans
● Le premier cycle de l’enseignement secondaire : de 13 à 16 ans
Aucune division formelle n’est faite entre les étapes. Certaines écoles couvrent l’ensemble de la scolarité obligatoire, tandis que d’autres sont purement primaires ou secondaires.

Le second cycle de l’enseignement secondaire

Les élèves qui ont complété la scolarité obligatoire ont le droit à trois ans d’enseignement secondaire supérieur. Ils peuvent choisir parmi cinq programmes d’enseignement général et huit programmes d’EFP. La plupart des programmes d’EFP du deuxième cycle du secondaire conduit à un certificat de métier (fag- ogsvennebrev). Actuellement, 194 certificats sont disponibles à ce niveau d’éducation. La moitié des élèves (50,5%) qui sont entrés dans l’enseignement secondaire supérieur en 2015 ont choisi un programme professionnel. La plupart des élèves de l’enseignement secondaire supérieur sont âgés de 16 à 21 ans.

La majeure partie des programmes d’EFP de l’enseignement secondaire supérieur suivent un modèle 2 + 2. Ce modèle comprend deux années d’études à l’école suivies de deux années d’apprentissage. L’apprentissage implique une formation à l’école et une mise en situation de travail dans une entreprise ou une institution publique. Pendant la première année, les élèves sont introduits dans un espace professionnel et lors de la deuxième année ils choisissent les spécialisations. Les cours de deuxième année sont spécifiques à chaque métier mais les matières de base sont également inclues. Pour certaines professions il peut y avoir d’autres modèles : avec trois années à l’école ou une année à l’école suivie par trois ans d’apprentissage. Les écoles sont responsables des deux premières années d’éducation et de formation, tandis que les entreprises sont responsables des deux dernières années. Cependant, les autorités de comté ont la responsabilité globale de tous les aspects de l’enseignement et de la formation dans le deuxième cycle du secondaire, y compris pour la formation en apprentissage.

Ce cycle se termine avec un examen théorique et pratique (Fagellersvenneprøve) conduisant à une qualification : un certificat de métier(Fagbrev) pour les métiers de l’industrie et les services ou un certificat (Svennebrev) pour l’artisanat traditionnel.
Pour accéder à l’enseignement professionnel supérieur il y a différentes possibilités : si l’élève possède la certification, en fonction du programme supérieur choisi il peut accéder directement ou fréquenter un programme de transition d’une durée d’un an.
Les jeunes qui n’ont pas de certifications et qui ont au moins 23 ans peuvent y accéder à travers une validation d’acquis s’ils possèdent une expérience professionnelle ou s’ils ont effectué des études pour une durée d’au moins 5 ans, et après avoir validé un cours pour ce qui concerne les matières de base.

L’enseignement postsecondaire

Les titulaires des certifications délivrées à la fin du second cycle du secondaire peuvent poursuivre leurs études dans l’enseignement postsecondaire. Les prestataires proposent des cours de 6 mois à 2 ans, ils conçoivent leurs propres cours mais les programmes doivent être approuvés par l’Agence norvégienne pour l’assurance de la qualité dans l’éducation (Nasjonalt organe for kvalitet i utdanningen, NOKUT).

L’enseignement supérieur

Il n’y a pas de distinction entre enseignement professionnel et général en ce qui concerne l’admission à l’enseignement supérieur. Dans l’enseignement supérieur, la structure des diplômes est conforme au processus de Bologne, avec comme principal modèle la licence de trois ans, le master de deux ans et le doctorat de trois ans.

L’apprentissage

Les formations en apprentissage se déroulent au niveau secondaire supérieur. Les autorités de comté agréent les entreprises dans lesquelles les deux dernières années de ces programmes ont lieu. Elles reçoivent une subvention de l’État pour chaque apprenti. La subvention couvre uniquement la période de formation et est répartie uniformément tout au long de la période d’apprentissage. Des subventions supplémentaires sont accordées aux entreprises soit pour offrir des apprentissages dans des métiers rares et protégés (små og verneverdige fag), soit pour accepter des apprentis ou former des candidats ayant des besoins éducatifs spéciaux.

La formation continue

La formation des adultes

La formation des adultes est assurée par diverses institutions publiques et privées. Parmi les institutions les plus importantes figurent les associations d’études privées (studieforbund), les organismes de formation et d’insertion professionnelle, les formations sur le lieu de travail et l’enseignement à distance.
Les personnes de plus de 25 ans ont droit à un enseignement secondaire supérieur ou à une formation adaptée à leurs besoins et à leur situation de vie. Les adultes ont également le droit de faire évaluer leurs acquis par rapport à des programmes d’études nationaux, ce qui peut entraîner l’exemption de certaines parties de la formation à travers une procédure de validation d’acquis. Les adultes peuvent passer directement les examens qui permettent d’obtenir les certifications (certificat de métier ou pour l’artisanat professionnel) sans suivre les programmes de formation sur preuve d’une pratique pertinente suffisante. Le candidat doit démontrer une expérience complète dans le métier ou dans l’artisanat (normalement de cinq ans minimum).
Les adultes peuvent aussi participer aux programmes de maître-artisan : il s’agit de formations d’EFP pour les titulaires d’un certificat d’artisanat professionnel ou d’un certificat de métier ayant plusieurs années d’expérience professionnelle. Ces programmes, qui sont publics, sont gérés par le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Pêche et combinent des cours de management des affaires, de marketing et de théorie professionnelle.

Les adultes peuvent aussi signer des contrats d’apprentissage avec des entreprises de formation, toutefois, l’aide accordée aux entreprises de formation acceptant des apprentis adultes (basistilskudd II) est inférieure à celle des entreprises qui forment des élèves du deuxième cycle du secondaire.
Les adultes peuvent obtenir un soutien financier pour leur formation grâce au fond norvégien de prêts pour les études (Statens lånekasse for utdanning).

La formation des demandeurs d’emploi

Des programmes d’une durée de maximum deux ans (Kvalifisering i arbeidsmarkedsbedrift) s’adressent aux personnes qui rencontrent des difficultés professionnelles, ils sont dispensés sous la forme d’ateliers et visent à faire acquérir des compétences pratiques afin de trouver un emploi.
Les demandeurs d’emploi de plus de 19 ans peuvent aussi participer aux « formations au marché du travail » (Arbeidsmarkedsopplæring, AMO) : il s’agit de cours d’une durée comprise entre une semaine et 10 mois avec l’objectif de doter les participants de compétences professionnelles qui les aideront à trouver un (ré) emploi.
Enfin, des formations internes aux entreprises (bedriftsintern opplæring) visent à prévenir l’exclusion de la vie professionnelle en renforçant la compétence des employés qui travaillent dans des entreprises confrontées à de graves problèmes de restructuration.

La formation des salariés

Les entreprises proposent souvent aux salariés des formations internes qui peuvent couvrir de nombreux domaines tels que le développement professionnel, la sécurité, le développement organisationnel, l’économie et l’administration, la communication, etc.

Le cadre de certification

La Direction norvégienne de l’éducation et de la formation (Utdanningsdirektoratet) est responsable des certifications. Elle est également chargée du développement continu des programmes : à cette fin, elle fait appel à des groupes d’experts des écoles et des entreprises. Lorsque le besoin d’une nouvelle qualification est identifié, un groupe est mis en place pour concevoir les référentiels (kompetanseplattform).

Qualité

La coopération nationale et régionale entre les autorités de l’éducation et les partenaires sociaux assure le contrôle qualité à tous les niveaux. L’Agence norvégienne pour l’assurance qualité dans l’éducation (NOKUT) est responsable de contrôler les programmes dispensés par les prestataires de formation. Les établissements d’enseignement supérieur sont tenus de développer leurs propres systèmes d’assurance qualité, qui doivent être ré-accrédités par l’agence NOKUT tous les six ans. En ce qui concerne la formation des adultes, l’Agence norvégienne pour l’apprentissage tout au long de la vie garantit la qualité à travers la publication de lignes directrices pour les dispensateurs des formations.

Pour en savoir plus

Spotlight on VET Norway
Cedefop, décembre 2017 , 6p.

Mis en ligne le 11 juin 2018

Twitter

Publicité
Cegos"
Afnor
Catalogue de l'offre de formation Centre Inffo - 2017-2018 Catalogue produits et services 2018