En cours de mise à jour

Luxembourg


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance



Le Grand Duché du Luxembourg est une démocratie parlementaire constituée sous forme de monarchie constitutionnelle. En terme de revenu par habitant, c’est le pays le plus riche de l’Union européenne. C’est aussi l’Etat membre qui a le nombre d’habitants le moins élevé et qui est le moins touché par le chômage. Le pays est divisé administrativement en trois districts et compte 118 communes.

Légalement, le Luxembourg est un pays trilingue (luxembourgeois, allemand et français). L’apprentissage de la lecture et de l’écriture se fait en allemand et en français. L’allemand est enseigné dès la première année, le français dès la seconde année de l’enseignement primaire.

La population étrangère représente plus d’un tiers de la population totale. A noter également l’importance des travailleurs frontaliers qui contribuent, pour plus du quart des effectifs, à l’emploi intérieur.

Quelques données statistiques

Source : Eurostat
* Ne comprend pas les dépenses concernant l’enseignement supérieur, les bourses ou prêts aux étudiants,les retraites des personnels.
*Données non validées

Schéma du système éducatif luxembourgeois (version anglaise)

La formation initiale

Le système éducatif luxembourgeois distingue différentes étapes dans le cursus scolaire de l’enfant.

L’éducation précoce :

Elle s’adresse aux enfants de trois ans révolus et vise la socialisation des jeunes enfants et l’apprentissage de la langue luxembourgeoise.
Elle reste à ce jour facultative, les communes ont ainsi le choix de le proposer dans le cursus scolaire de l’enfant. En 2004/2005 3755 enfants y étaient inscrits, soit plus de 50 % des enfants susceptibles d’être pris en charge
L’Education précoce sera généralisée à l’ensemble des communes pour l’année 2009.

L’éducation préscolaire (jardin d’enfants), à partir de 4 ans, comporte deux années obligatoires.

L’enseignement primaire comprend six années d’études.
Différentes mesures sont mises en place en faveur :

  • des enfants migrants : des classes d’accueil ainsi que des cours d’appui sont organisés pour l’apprentissage de l’allemand.
  • des enfants éprouvant des difficultés à suivre le programme normal sont admis par la commission médico-psychopédagogique dans des classes spéciales.

Enseignement postprimaire

Après la 6ème année d’études primaires, vers 12 ans, les enfants sont orientés soit vers l’enseignement secondaire général (31% des effectifs en 2002/2003), soit vers l’enseignement secondaire technique (70% des effectifs).

  • L’enseignement secondaire général conduit, après 7 ans à l’équivalent du baccalauréat ou de l’Abitur allemand qui donne accès à l’enseignement supérieur et universitaire.
  • L’enseignement secondaire technique présente une panoplie de formations très diverses. Pour pallier les nombreux échecs scolaires, surtout dans le régime professionnel, plusieurs mesures ont été prises pour assouplir les parcours et amener plus d’élèves à une formation certifiée, en milieu scolaire. La formation permet d’obtenir le CATP (certificat d’aptitude technique et professionnelle).
    Après une période de trois ans (cycle inférieur), qui peut être organisée sous forme modulaire, mettant en œuvre une pédagogie différenciée, les élèves s’engagent dans un des trois cycles ou « régimes » suivant :
    • Le régime “professionnel ”, 37,5 % des effectifs, est caractérisé par une formation par l’apprentissage. Il prépare pour l’essentiel aux métiers de l’artisanat et du commerce, en 3 ans et offre l’accès le plus direct à une qualification professionnelle
    • Le régime de la formation de “technicien”, 24,8 % des effectifs, vise à former une main d’œuvre plus qualifiée dans notamment les domaines suivants : administratif, commercial, agricole, artistique, électrotechnique, professions de la santé, professions sociales, génie civil, tourisme, informatique. La fin des études est sanctionnée par un diplôme de technicien. Ce diplôme permet l’accès à des études supérieures techniques.
    • Le régime “technique” compte le plus grand nombre d’élèves, 37,7 % prépare au bac technique et conduit à des carrières administratives, techniques, sociales ou paramédicales en 4 ou 5 ans. Cette filière est validée par diplôme de fin d’études secondaires techniques qui donne accès aux études supérieures (notamment universitaires).

Ces deux dernières filières permettent une entrée immédiate dans la vie active ou la poursuite d’études supérieures ou universitaires.

  • L’enseignement professionnel post secondaire comprend :
    Les études supérieures des professions de santé
    Le brevet de technicien supérieur (Bac + 2, formation en deux ans à temps complet ou en alternance.
  • L’enseignement supérieur et universitaire
    L’université de Luxembourg est une institution jeune : sa création a été adoptée par la chambre des députés, le 17 juillet 2004. Elle offre des formations conduisant aux diplômes de Bachelor, de Master et au Doctorat, ainsi que des formations théoriques et pratiques axées sur la préparation à des professions spécifiques :
    • le Centre universitaire de Luxembourg prépare au diplôme supérieur de gestion ;
    • l’Institut Supérieur de Technologie prépare au Brevet de Technicien Supérieur ;
    • l’Institut Supérieur d’Etudes et de Recherches Pédagogiques prépare aux métiers d’enseignant de l’enseignement préscolaire et primaire ;
    • l’Institut d’Etudes Educatives et Sociales prépare aux métiers d’éducateur et d’éducateur « gradué », niveau Bac +3.

La formation professionnelle continue

La formation professionnelle continue est régie au Luxembourg par trois lois, la loi du 4 septembre 1990 qui a organisé l’accès à la formation, au niveau individuel et la loi du 22 juin 1999 qui fournit un cadre pour l’accès collectif à la formation et la loi du 24 octobre 2007 portant création d’un congé individuel de formation (congé-formation et congé-jeunesse).

L’accès à la formation au niveau individuel
La formation professionnelle continue a pour objectif de :

  • favoriser l’insertion ou la réinsertion professionnelle des travailleurs ;
  • permettre leur maintien dans l’emploi ;
  • favoriser le développement de leurs compétences dans une perspective d’évolution de carrière et d’épanouissement personnel ;
  • contribuer au développement économique, social et culturel de la nation.

Depuis la rentrée 2000/2001, les personnes âgées de plus de 18 ans peuvent entrer en apprentissage en vue de l’obtention d’un CATP, d’un CCM ou d’un CITP. A cet effet, elles devront conclure un contrat d’apprentissage avec une entreprise autorisée à former des apprentis. Cet apprentissage vise aussi bien les adultes sous contrats de travail que les demandeurs d’emploi dûment inscrits à l’administration de l’emploi. (ADEM).
Les candidats peuvent aussi accéder à la formation grâce à la validation des acquis par l’Expérience, (loi du 12 février 1999).

L’accès à la formation au niveau collectif dans les entreprises

La loi-cadre du 22 juin 1999 incite les entreprises à mettre en place des plans de formation que l’Etat finance partiellement (10%), dès lors que les dépenses dépassent un montant égal à 0,5% de la masse salariale. L’Institut National pour le développement de la formation professionnelle continue (INFPC) instruit ces cofinancements.

Les plans de formation peuvent intégrer des chômeurs, en vue de préparer leur embauche. Les entreprises organisent elles-mêmes les formations, ou ont recours à un organisme de formation externe, public, semi-public ou privé.

Pour pouvoir bénéficier d’une aide financière de l’Etat, les plans de formation ainsi que les organismes de formation doivent recevoir l’agrément du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle.

Accès individuel à la formation

Le congé individuel de formation permet à toute personne engagée dans une activité professionnelle du secteur privé de bénéficier de 80 jours de congé-formation payé au cours de sa carrière.

Le congé sans solde pour formation ne peut excéder deux ans et permet à son bénéficiaire de se défaire temporairement de ses engagements pour suivre une formation professionnelle.

Le congé-jeunesse soutient le développement d’activités en faveur de la jeunesse au niveau local, régional et national. Limité à 60 jours au cours d’une carrière professionnelle, il permet de participer à des stages, journées ou semaines d’études, cours, sessions ou rencontres au Luxembourg et à l’étranger. Il s’adresse à des responsables d’activités pour jeunes ;

La formation en direction des demandeurs d’emploi

Le taux de chômage est traditionnellement très bas au Luxembourg. Néanmoins certaines mesures ont été prises pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes et des adultes de faible qualification, ceux-ci étant les plus vulnérables sur le marché de l’emploi.

Deux types de formation sont proposés :

  • Formations destinées à former les personnes sans emploi, majoritairement jeunes, afin d’augmenter leur chance de réinsertion.
  • Formations organisées directement par un secteur ou une entreprise, à la demande des employeurs, sur le modèle de l’alternance. Leur durée varie de six semaines à trois mois, hors période de stage et les employeurs s’engagent, sous forme d’une convention conclue avec l’Etat, à embaucher les personnes ayant terminé la formation avec succès.

L’offre de formation

Les formations peuvent être organisées :

  • par le ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) : établissements du Centre national de formation professionnelle continue (CNFPC) et le Service de la formation des adultes (SFA),
  • les chambres professionnelles : Chambre des métiers, Chambre de commerce, Chambre des employés privés (CEP-L),
  • des organismes sectoriels : l’Institut de formation bancaire - Luxembourg (IFBL), et l’Institut de formation dans le secteur du bâtiment (IFSB) notamment,
  • des associations sans but lucratif ou des sociétés privées.

La formation “extra-professionnelle”

Le Service de la formation des adultes (SFA) et le Service de la formation professionnelle (SFP) du ministère de l‘Education nationale, de la Formation professionnelle organisent différents cours de type promotion sociale :

  • les cours dits de “deuxième voie de qualification” qui préparent aux examens de l’enseignement secondaire et secondaire technique et sont destinés aux adultes qui souhaitent compléter leurs études ; ces cours sont gratuits et ont lieu le soir ou le samedi matin.
  • des cours divers : alphabétisation, luxembourgeois pour les étrangers, langues étrangères, informatique, arts, social, etc.

Liens

Sites européens :

  • CEDEFOP (Centre européen pour le développement de la formation professionnelle)

Démarche à suivre pour accéder à la présentation du système de formation professionnelle du Luxembourg :

  1. Enregistrez-vous préalablement sur le "LOGIN" de la page d’accueil : www.trainingvillage.gr
  2. Accédez à la rubrique « systèmes nationaux de FEP »
  3. Consultez les rapports synthétiques « thematic overviews » ou détaillés par rubriques « detailled thematic analyses »
  • EURYDICE : http://eacea.ec.europa.eu
    Vous pouvez aller à l’information sur les systèmes nationaux d’éducation en cliquant sur la carte ou sur le bouton "Summary Information" Eurydice

Sites luxembourgeois :

  • Site du ministère de l’ Education nationale et de la Formation professionnelle : www.men.public.lu
  • Site du service central de la statistique et des études économiques : www.statec.public.lu
  • Portail luxembourgeois de la formation professionnelle continue : www.lifelong-learning.lu
  • Site de l’institut national pour le développement de la formation professionnelle continue : www.infpc.lu

Bibliographie

  • Guide pratique de la formation
    Luxembourg : INFPC, 2008, 91 p.
  • Les chiffres clés de l’Éducation nationale 2006/2007 : statistiques et indicateurs
    Editeur : MENFP, mai 2008, 114 p.
    Information : disponible au MENFP : tania.helminger@men.lu
  • « La formation et l’enseignement professionnels au Luxembourg, une brève description ». Jos Noesen CEDEFOP Panorama séries 106. Office des publications des communautés européennes, 2005.
Mis en ligne le 17 janvier 2006

Twitter

Publicité
Cegos"
Afnor
Catalogue de l'offre de formation Centre Inffo - 2017-2018 Catalogue produits et services 2018