En cours de mise à jour

Irlande


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance


Jusque récemment, le système de formation professionnelle irlandais était marqué par une faible lisibilité imputable à plusieurs facteurs :

  • l’éclatement en une grande variété de programmes associés à des champs sectoriels (industrie, tourisme, agriculture, santé) et géographiques (promotion de certaines régions)
  • la segmentation des publics (chômeurs, salariés, jeunes, handicapés, femmes, cadres, itinérants).
  • l’existence de deux niveaux de décision : l’un local et l’autre national et une très forte influence de l’enseignement confessionnel.

L’Etat demeure toutefois, le premier acteur du système de par sa puissance financière soutenue notamment par les fonds structurels européens.
Ainsi la formation représente 7,5% des dépenses courantes de l’Etat.
Trois principaux ministères sont en charge de la formation professionnelle : le ministère du Travail, de l’Éducation et celui du Commerce et de l’industrie. Les partenaires sociaux et les représentants des employeurs n’en sont pas moins associés étroitement à la définition et à la mise en oeuvre des politiques afin d’harmoniser les formations aux demandes du marché du travail.

Le ministère de l’Éducation est en charge de l’enseignement professionnel (VPT : vocation and professional training).
La FAS (Forais Aiseanna Saothair - Training and employment authority) qui est l’autorité administrative en matière d’emploi et de formation professionnelle et dont le conseil d’administration intègre les partenaires sociaux, des membres du gouvernement et plusieurs groupements de jeunesse, a pour mission de structurer l’enseignement professionnel sur une base modulaire.
Cette administration conçoit un cadre approprié de niveaux de qualification professionnelle, définit et délivre les diplômes.
Enfin, un Comité national consultatif de l’apprentissage placé sous la tutelle de la FAS, la conseille sur les politiques, les normes et les programmes.

Quelques données statistiques

Source : Eurostat

Schéma du système éducatif irlandais

La formation initiale

  • Loi sur l’éducation, 1998

Elle procure une base statutaire au système éducatif primaire et secondaire.
Les universités et autres établissements de l’enseignement supérieur sont des entités autonomes.
En 1998, 48% de la population irlandaise avait moins de 30 ans dont 602 000 enfants de six à quinze ans.
En 1996/97, environ 98% des élèves fréquentaient les écoles du secteur privé sous contrat avec l’Etat (national schools) et 2% le secteur privé hors contrat. Celles-ci sont gérées au plan local, les dépenses de salaires des enseignants, les frais d’investissement et de fonctionnement étant presque entièrement pris en charge par l’Etat.

  • L’école est obligatoire pour les enfants entre 6 et 16 ans, ou ayant validé trois années d’éducation dans l’enseignement secondaire (la loi sur l’éducation de 2000). Cependant, 54% des enfants sont scolarisés dès 4 ans. L’enseignement est gratuit dans les national schools, payant dans les écoles privées hors contrat.
    A l’issue du primaire, les enfants sont admis à l’âge de 12 ans dans l’enseignement secondaire qui comporte deux cycles :
    • Un premier cycle court (junior cycle) de 12 à 15 ans, sanctionné par un examen : junior certificate. Il comporte des disciplines tant académiques que professionnelles. 90% des élèves poursuivent leurs études au-delà.
    • Un second cycle (senior cycle) de 15 à 18 ans, concerne 75% des élèves. Il est sanctionné par un examen : le leaving certificate.
      13% seulement des élèves du secondaire s’engagent dans l’enseignement professionnel sanctionné par un certificat de fin d’études professionnelles : le leaving certificate applied programme.

Ce diplôme sanctionne la principale composante professionnelle du second cycle, le VPT (vocational preparation and training programme) lancé par le ministère de l’Education dans les établissements secondaires afin de préparer les jeunes à la vie active. Ce cursus qui insiste sur les technologies et l’expérience professionnelle comporte un stage de quatre semaines obligatoire en entreprise et offre deux options :

    • la première destinée aux 15-18 ans avec une préparation à l’entrée dans la vie active,
    • la seconde intéressant les 18 ans de niveau post-leaving certificate, qui vise à l’acquisition de compétences professionnelles spécifiques.
  • L’enseignement supérieur s’est considérablement développé en Irlande, le nombre d’étudiants à temps plein passant de 66 000 en 1989-1990 à 92 500 en 1993-1994 et 122 000 en 2000-2001.
    Son accès est conditionné par les résultats obtenus au Leaving certificate examination (baccalauréat) et fonction d’exigences institutionnelles et de niveau dans certaines matières.

L’enseignement est dispensé par :
- les universités, qui proposent des diplômes obtenus en trois, quatre ou cinq ans ;
- les collèges technologiques et professionnels des instituts de formation d’enseignants (colleges of education) qui proposent des enseignements sur deux ans aboutissant à une certification, des diplômes sur trois ans et des maîtrises sur quatre ans.

  • Au plan local, des comités pour la formation professionnelle "vocational education commettee" assurent de manière autonome et depuis 1930 la promotion de la formation professionnelle dans les cursus scolaires. Financés par le ministère de l’Education, il sont gérés par le ministère et les représentants des milieux culturels, sociaux, industriels et commerciaux. Les VEC gèrent également la formation pour adulte jusqu’au niveau du Leaving certificate examination (baccalauréat), en partie à travers le programme Youthreach.

L’apprentissage

Il concerne exclusivement les jeunes de plus de 16 ans ayant au moins acquis le junior certificate. Le programme national d’apprentissage est mené conjointement par le ministère de l’Education nationale et la FAS (administration en charge de l’emploi et de la formation professionnelle, responsable de l’organisation et du contrôle de tous les aspects de la formation en apprentissage).
Les principales filières intéressées sont la métallurgie, le bâtiment, l’automobile, l’électricité, l’imprimerie et le papier.
La durée du cursus est d’environ quatre ans selon la spécialité. Le diplôme délivré, le National Craft Certificate, permet seul d’accéder au statut d’ouvrier qualifié. La rémunération des apprentis revient directement aux entreprises sauf pour les quatre grands secteurs du bâtiment, de l’automobile, de l’imprimerie et de la métallurgie. Dans ces branches professionnelles, une taxe d’apprentissage de 0,25% de la masse salariale permet en effet d’alimenter et de mutualiser des fonds destinés à la rémunération des apprentis servie par la FAS. En 2002 la FAS a participé à l’organisation de l’apprentissage de 26000 personnes.

La formation professionnelle continue des adultes

Il n’existe pas en Irlande, de réelle réglementation en matière de formation des publics adultes, en particulier les salariés d’entreprises. Plusieurs lois ont institué un système de formation et une offre décentralisés mais n’ont pas ouvert un véritable droit d’accès des personnes à la formation ou à une quelconque obligation des entreprises à former leurs salariés.

La formation à l’initiative des individus

Les formations à initiative individuelle prennent généralement la forme de cours de longue durée certifiés par les chambres professionnelles ou les autorités éducatives. Ainsi en 1998, 20 000 adultes suivaient des actions de formation permanente dans les écoles professionnelles ou intégrées.

La FAS dispense des cours de perfectionnement professionnel pour tous publics et certains programmes du ministère de l’Éducation proposent des formations qualifiantes aux adultes. Enfin, de nombreux organismes offrent des formations dans le cadre de l’éducation permanente.
Le droit d’accès à la formation est peu structuré. Ainsi, il n’existe pas d’accord collectif étendu offrant un droit d’accès des salariés à la formation continue. De fait, la décision d’accès est prise par les directions d’entreprise. La concertation, lorsqu’elle existe, est individuelle entre l’entreprise et chaque salarié. Seul un petit nombre d’entreprises passent des accords collectifs portant un certain nombre de jours de formation et de congés pris à cet effet.

La formation à l’initiative des entreprises

La FAS privilégie le développement de la formation professionnelle des personnes privées d’emploi et incite les entreprises à former leur personnel par le biais de la gestion des compétences et de l’accompagnement de la formation continue des salariés. Le soutien financier aux entreprises par la FAS s’effectue à la fois :

  • au travers de programmes de subvention de la formation, les anciens programmes de formation tel le TSS (Training support scheme) n’existent plus, mais devraient être prochainement remplacés par des programmes équivalent, le but de ceux ci étant le développement des actions de formation dans les domaines des nouvelles technologies, de l’informatique ou du marketing. Ces programmes sont co-financés par les fonds sociaux européens.
  • dans le cadre du dispositif d’Impôts/Subventions (Levy/grant scheme) propre à certains secteurs d’activité : automobile, bâtiment, commerce de détail, mécanique, chimie et certaines industries de biens de consommation.

Il consiste pour les entreprises à verser une contribution variable selon leur taille et leur secteur d’activité (de 0,25% à 1,25% de la masse salariale). Celles-ci peuvent ensuite les utiliser en récupérant jusqu’à 90% de leur contribution pour financer la formation de leurs salariés.

La formation des personnes handicapées

En 2002, la loi « Education for Persons with Disabilities Bill », indique que les personnes handicapées ont les mêmes droits à l’éducation que les personnes non handicapées ; l’objectif est de fournir à ces personnes le plus de capacités possibles pour s’insérer. Cette loi a mis en place un organisme « the national council for special education », qui a principalement un rôle de conseil, d’information et de coordination auprès des parents d’enfants handicapés, et des établissement qui vont accueillir ces personnes.

La formation des demandeurs d’emploi

Compte tenu du chômage élevé - notamment des jeunes - jusqu’en 1996 (11,2%), la FAS a développé une série de programmes souvent très décentralisés : formations qualifiantes dans de nombreux métiers, formations aux activités et responsabilités dans les collectivités territoriales, aide à la création d’entreprises.
Certains de ces dispositifs subsistent en dépit d’une forte augmentation de l’emploi (près de 4,5% en moyenne chaque année) qui a fait tomber le taux de chômage de 11,2% en 1996 à 8,1% en 1999 et à 4,4% en 2002.
L’objectif actuel de la FAS est de concentrer ses actions sur les demandeurs d’emploi de longue durée et les personnes non insérées.

  • Specific skills training
    En 2000, près de 14000 personnes principalement des demandeurs d’emploi, ont bénéficié du programme Specific Skills Training (SST) dans une variété de métiers allant de la coiffure à la maintenance aéronautique en passant par l’informatique. Ces formations conçues en fonction des besoins régionaux locaux des entreprises ont permis à 75% de ceux et elles qui l’avaient suivi de trouver un emploi en fin de cursus.
  • Programme "Youthreach"
    Ce programme s’adresse aux jeunes sortis prématurément du système scolaire. Conduit par le ministère de l’Éducation et celui des Entreprises et de l’Emploi, Youthreach dure deux ans. L’année de base ou foundation year, vise l’acquisition de compétences de base théoriques et pratiques. Cette formation ouverte aux 15-20 ans sans qualification peut déboucher sur la réintégration dans le système scolaire général. La seconde année progression year permet l’acquisition de compétences professionnelles. En fin de cursus, un certificat est délivré conjointement par la FAS et le ministère de l’Éducation. En 2001, 2641 personnes ont bénéficié de ce programme.
  • Programme "Skills foundation"
    Ce programme s’adresse aux jeunes peu qualifiés voulant accéder au marché du travail. Il comporte une période d’évaluation et d’orientation suivie d’une formation qualifiante.
  • Programme "Community youth training"
    Ce programme à caractère social et culturel consiste en une remise à niveau en lecture et calcul et à l’acquisition de compétences professionnelles notamment dans le secteur du bâtiment pour la construction de centres communautaires ou la rénovation de logements.
  • Programme "Local training initiatives"
    Ces programmes de formation sont conçus en fonction des axes de développement communautaire locaux et des besoins en compétences des personnes.

Validation et certification

Les entreprises irlandaises s’impliquent peu dans la reconnaissance et la certification en matière de formation continue. En effet, la plupart des formations à l’initiative des employeurs sont de courte durée et non certifiées. Les formations longues sont, elles, validées et certifiées par les organismes dispensateurs.

Depuis le second Livre blanc de 1992 sur la politique de l’emploi qui portait une attention particulière à la formation et surtout après le Livre vert intitulé "Education for a changing world", une nouvelle stratégie globale s’est progressivement imposée, suivie par une série de lois visant à mettre en place de nouvelles structures tant de validation que de certification.

  • Une première instance de certification, le conseil des certificats éducatifs et professionnels (Council for educational and vocational awards) a été instaurée en 1991 afin de mettre en place un système commun de certification reconnu à l’échelon national et international.
  • La création en 1995 de l’office national irlandais de validation (TEASTAS, aujourd’hui NQAI), confère à cette nouvelle instance un rôle décisif dans la garantie de normes de qualité en matière d’enseignement supérieur autre qu’universitaire et de formation continue. C’est également au TEASTAS qu’incombait la mise en place d’un cadre de qualification national et d’une structure de validation unique. Son rôle était d’assurer, avec la participation des partenaires sociaux, une harmonisation entre enseignement national et besoins des entreprises et de promouvoir un système cohérent d’unités capitalisables dans le cadre de l’apprentissage et des formations en situation de travail.
  • Le TEASTAS a été remplacé en février 2001 par une autorité nationale irlandaise des qualifications, la National Qualifications Authority of Ireland (NQAI), qui ajoute aux objectifs ci-dessus, une reconnaissance mutuelle et internationale des qualifications. La NQAI serait dès lors le vecteur qui permettrait que les qualifications obtenues à l’étranger soient reconnues en Irlande, tout en facilitant la valorisation des qualifications irlandaises à l’étranger. Tous les apprenants sont visés par la mise en place de ce système, qui cherche notamment à promouvoir l’accès à la formation tout au long de la vie aux personnes en difficultés.

Organismes ressources

REFERNet Ireland
National consortium leader : FAS - Training and Employment Authority
http://www.fas.ie/en/refernet/
Ms Jennifer O’ Mullane - Jennifer.OMullane@fas.ie

FAS - Training and Employment Authority
http://www.fas.ie/en/Training/Home/default.htm

Unité irlandaise d’Eurydice - Réseau d’information sur l’éducation en Europe
International Section
Department of Education and Science
Marlborough Street
Dublin 1 - Ireland
Tél : +353 1 889 24 19
Fax : +353 1 889 23 76
E-Mail : Elaine_Penrose@education.gov.ie

Department of Education and Science - Government of Ireland
http://www.education.ie

DEI – Dublin European Institute
http://www.ucd.ie/dei

Documents du CEDEFOP

National Vocational Education and Training (VET) systems and their development
Base de connaissances en ligne du CEDEFOP (EknowVET)
http://www.trainingvillage.gr(...)

Ireland : overview of the vocational education and training system in 2007
ReferNet Ireland ; CEDEFOP
Thessaloniki : Cedefop, 2007, 70 p. (Series eKnowVet thematic overviews)
http://libserver.cedefop.europa.eu(...)

CEDEFOP Info
Articles publiés dans la revue du CEDEFOP, publiée 3 fois par an, consultable en ligne http://www.trainingvillage.gr(...)

Documents d’EURYDICE

The Education System in Ireland : 2005/06 : Eurybase - La base de données sur les systèmes éducatifs en Europe
Edition 2006, 244 p.
http://eacea.ec.europa.eu(...)

Ireland : National summary sheets on education system in Europe
Edition 2005, 6 p.
http://eacea.ec.europa.eu(...)

Irlande : Focus sur les structures de l’enseignement supérieur en Europe. Évolutions nationales dans le cadre du Processus de Bologne
Édition 2006/2007, 7 p.
http://eacea.ec.europa.eu(...)

Mis en ligne le 10 juin 2005

Twitter

Publicité
Cegos"
Afnor
Catalogue de l'offre de formation Centre Inffo - 2017-2018 Catalogue produits et services 2018