Finlande


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance



Mise à jour juin 2018

• Population (2017) : 5 503 297
• Taux de chômage (2017) : 8,6%
• PIB par habitant (2016) en SPA : 109
• Accroissement du PIB en volume (2017) : 0,7%
• Taux d’inflation (2017) : 0,8%
• Dépenses publiques en matière d’éducation en pourcentage du PIB (2011) : 6,76%
• Population âgée de 25-64 ans ayant suivi une formation (2017) : 27,3%
• Jeunes ayant quitté prématurément l’école et ne poursuivant ni études ni formation (2017) : 8%
• Population âgée de 25-64 ans ayant atteint la fin de l’enseignement secondaire (2017) : 88,2%
• Langues officielles : finnois, suédois

La Finlande est une république parlementaire : le Parlement exerce des fonctions législatives, est responsable du budget de l’Etat, supervise les actions du gouvernement et contrôle l’administration. Il est composé d’une seule chambre de 200 membres élus pour un mandat de 4 ans. Le gouvernement est désigné par le Président, qui est élu au suffrage universel direct pour une durée de six ans.
Le pays compte 19 régions (maakunnan liitto) et 336 Communes (kunta).
Au niveau régional le pouvoir administratif est détenu par 6 agences administratives régionales (AVI), qui ont repris les missions des anciennes provinces, et par 15 centres pour le développement économique, les transports et l’environnement (ELY). Au niveau local 311 municipalités gèrent l’administration.

Le Ministère de l’éducation et de la culture est responsable de la formation.
Les objectifs nationaux en matière de formation professionnelle, les certifications et les matières de base sont déterminés par le gouvernement. Pour ce qui concerne le financement, le système de formation initiale est complétement gratuit de l’enseignement primaire au supérieur et la majeure partie du financement de la formation professionnelle provient de l’Etat et des autorités locales.
Le Ministère est aidé dans la prise des décisions par le Conseil national finlandais de l’éducation (FNBE) et par les comités constitués par les représentants du monde du travail et des organismes dispensateurs des formations, qui ont un rôle consultatif, en anticipant les besoins éducatifs. Les dispensateurs de formation ont également un rôle actif dans l’examen des besoins du marché du travail et dans la participation au développement régional.
Toutefois, l’autonomie locale en Finlande reste grande : les municipalités assurent la plus grande partie de l’enseignement pré primaire, primaire et secondaire (premier et second cycle) ; les écoles ont beaucoup de libertés dans la conception de leurs programmes.

Schéma du système éducatif finlandais

La formation initiale

L’enseignement préscolaire est dispensé dans les crèches municipales publiques ou privées qui accueillent les enfants de l’âge de 9 mois à 7 ans.
La scolarité obligatoire commence à l’âge de 7 ans et elle a une durée de 9 ans : elle est dispensée dans un système de structure unique appelé éducation de base. L’enseignement pré primaire pour les enfants de 6 ans est proposé dans les crèches ou dans les écoles d’éducation de base.

L’enseignement primaire et le premier cycle de l’enseignement secondaire

La Finlande possède un réseau d’écoles (peruskoulu) qui accueille les élèves pendant toute la durée de la scolarité obligatoire (de l’âge de 7 ans à 16 ans). Ces écoles dispensent de façon continue l’enseignement primaire et l’enseignement secondaire de premier cycle. L’enseignement privé représente une faible part des élèves à ce niveau d’enseignement et y demeure gratuit. La scolarité obligatoire se termine par un examen final, dont les résultats servent de base pour orienter les élèves dans le second cycle de l’enseignement secondaire.

Le second cycle de l’enseignement secondaire est dispensé par les établissements d’enseignement secondaire supérieur général ou professionnel. L’âge général des études secondaires supérieures va de 16 à 19 ans. Cependant, de nombreux élèves sont plus âgés, en particulier dans l’enseignement secondaire supérieur professionnel. En principe, tous les jeunes finissant l’éducation de base ont accès à l’enseignement secondaire supérieur général ou professionnel grâce au programme « garantie pour la jeunesse », mais tous les jeunes ne sont pas admis dans le domaine de leur choix ; par conséquent, seulement 91% des diplômés de l’éducation de base commencent leurs études secondaires immédiatement après l’enseignement obligatoire.
Les études dans l’enseignement général et la formation professionnelle du second cycle du secondaire reposent sur des plans d’études individuels et des modules d’étude optionnels. La modularisation permet un certain degré d’individualisation des qualifications. Les domaines les plus choisis dans les écoles professionnelles sont la technologie, les communications, les transports, les services sociaux, la santé et les sports.
Les dispensateurs des programmes des formations professionnelles coopèrent au niveau régional et entre eux.
Pour ce qui concerne le financement, il est principalement offert par les gouvernements central et locaux.

L’Enseignement supérieur est dispensé par les universités et les universités des sciences appliquées. Ces dernières ayant une orientation professionnelle. Les diplômes d’université sont organisés en licence, master et doctorat, et elle développent des activités de recherche. L’accès à l’enseignement supérieur est gratuit. Les universités sont toutes des universités d’Etat, alors que les écoles professionnelles peuvent être municipales publiques ou privées.

L’alternance

L’alternance (oppisopimuskoulutus) s’adresse à toute personne à partir de l’âge de 15 ans. La mise en situation de travail est de 70 à 80%. En Finlande la plupart des apprentis sont des adultes. Pour ce qui concerne la partie théorique, les cours sont organisés dans les écoles professionnelles. Les qualifications professionnelles du second cycle de l’enseignement secondaire peuvent être obtenues à travers un parcours en apprentissage. Les formations en apprentissage ne prévoient pas des examens finaux, mais l’apprenti sera évalué à travers une démonstration des compétences professionnelles acquises.
L’employeur paye un salaire à l’apprenti pour la période de formation en milieu de travail ; pour ce qui concerne le financement pendant la période des études théoriques, l’étudiant reçoit des allocations sociales et des indemnités pour les frais de logement et de transport. L’employeur reçoit également une indemnité pour couvrir les frais de formation sur le lieu de travail : ce montant est versé soit par le centre d’apprentissage local, soit par l’établissement offrant la formation en apprentissage.

La formation continue

La formation des adultes permet d’accéder à tous les niveaux de qualification. Elle peut être liée à l’obtention d’une qualification ou à l’auto-développement personnel. Elle est dispensée par les centres de formation des adultes ou par les écoles supérieures ; elle est très populaire en Finlande. Elle repose essentiellement sur un système de qualifications basé sur les compétences. Un avantage spécifique de ce système est qu’il permet de reconnaître les compétences professionnelles d’un individu indépendamment du fait qu’il les ait acquises par l’expérience de travail, des études ou d’autres activités. La reconnaissance des acquis est un moyen de promouvoir la participation et l’achèvement des qualifications. La méthode principale est de démontrer ses compétences grâce à des tests de compétences. En plus des 52 qualifications professionnelles, il y a presque 300 qualifications supplémentaires et spécialisées dans différents domaines qui se situent au niveau secondaire supérieur et peuvent être acquises par les adultes grâce à cette méthode.
Le taux de participation aux programmes de formations pour les adultes est très élevé et des efforts ont été faits pour rendre le système encore plus flexible et permettre aux adultes d’étudier et de travailler en même temps.
Enfin les adultes peuvent également fréquenter des programmes séparés et spécialement conçus dans les universités des sciences appliquées.

La formation des salariés

Les salariés peuvent bénéficier des formations organisées par leurs entreprises qui peuvent être financées entièrement à travers les fonds publics ou à 50% selon les programmes choisis.
Les employés peuvent également décider de s’inscrire aux programmes de formation adressés aux adultes en bénéficiant d’une allocation dédiés aux travailleurs qui souhaitent participer à des programmes d’une durée de deux mois minimum. Pour en bénéficier l’employé doit avoir une ancienneté professionnelle d’au moins 8 ans et doit travailler pour le même employeur depuis au moins un an. Une bourse est également disponible pour les travailleurs qui ont acquis des qualifications sur la base du système des tests des compétences.

La formation des demandeurs d’emploi

Bien que le taux de chômage finlandais soit inférieur à la moyenne européenne, le chômage des jeunes est en augmentation : le taux pour les 15 à 24 ans était 20% en 2014 et 21,4% en 2016. Le programme « garantie pour la jeunesse » vise donc les moins de 25 ans, ainsi que les nouveaux diplômés de moins de 30 ans en leur garantissant un emploi, une formation en milieu d’emploi ou une réadaptation après 3 mois consécutifs sans emploi. Le Ministère de l’éducation alloue des fonds supplémentaires afin d’identifier les jeunes exclus des programmes de formation et sans emploi. Le Ministère de l’emploi cofinance des ateliers pour ces jeunes, qui sont généralement organisés par les autorités locales. Il y en a environ 270, ils ont une durée de 6 mois, avec environ 23000 participants chaque année.

L’offre de formation

Les dispensateurs de formation professionnelle sont responsables de l’organisation des formations et d’adapter les prestations aux besoins locaux du marché du travail afin de soutenir le développement des compétences dans les petites et moyennes entreprises. Ils peuvent être des organismes locaux ou municipaux, des fondations, des associations, des entreprises sous la direction de l’Etat, ou des organismes privés. La coopération avec le monde du travail est considérée comme essentiel. Les comités régionaux, formés par les représentants de ces dispensateurs, organisent et planifient les formations ; ils évaluent également les tests de compétences pour ce qui concerne les qualifications du niveau secondaire supérieur obtenues par les adultes.
Le ministère de l’éducation (Opetus-ja kulttuuriministeriö) accorde les autorisations aux organismes dispensateurs de la formation professionnelle, en déterminant les domaines d’éducation dans lesquels ils sont autorisés à travailler et le nombre maximal d’étudiants.
Les dispensateurs reçoivent un financement pour la formation professionnelle continue par le Ministère de l’éducation : ils sont ensuite libres de décider de l’utilisation et de l’allocation de ces fonds. Les critères pour obtenir ce financement comprennent les nombre de stagiaires, les qualifications et les programmes proposés et la performance (réduction du décrochage scolaire, taux d’achèvement…).

Le cadre de certification est réformé tous les 5 ou 10 ans en moyenne, mais il peut être renouvelé chaque fois qu’une nouvelle qualification est partiellement ou complètement modifiée. Il détermine les modules de formation à compléter afin d’obtenir une qualification, les unités en option, les compétences professionnelles et les lignes directrices pour l’évaluation (objectifs et critères).
Chaque unité de qualification professionnelle constitue un domaine professionnel spécifique qui peut être isolé dans une composante indépendante et évaluable. Les représentants du monde du travail participent à la définition du cadre national, des objectifs du programme gouvernemental et du plan de développement. En outre, ils participent à l’anticipation des besoins nationaux et régionaux, grâce aux comités consultatifs. Au niveau régional, les représentants des entreprises participent aux travaux sur les programmes locaux, en organisant et en planifiant des formations et des démonstrations de compétences.

Qualité
En Finlande, relativement peu de professions exigent des formations spécifiques. Les professions qui demandent une qualification spécifique nécessitent généralement d’un diplôme d’enseignement supérieur (l’enseignement, les professions médicales et infirmières…).
La responsabilité de l’assurance qualité de ces qualifications repose sur le Conseil national finlandais de l’éducation, les établissements d’enseignement et les dispensateurs de formation.

Pour en savoir plus

Finland - Overview : National education system
Eurydice ; EACEA - Agence exécutive éducation, audiovisuel et culture

Spotlight on VET Finland
Cedefop, 2016, 6p.
ReferNet Finland ; FNBE - Finnish National Board of Education (Finlande) ; CEDEFOP - Centre européen pour le développement de la formation professionnelle
Luxembourg : Publications Office of the European Union, 10/2016. - 6 p.

Finland : VET [Vocational Education and Training] in Europe - country report 2016
ReferNet Finland ; ReferNet - Réseau européen de référence et d’expertise ; CEDEFOP ; EDUFI - Finnish National Agency for Education ; Aapo Koukku ; Paula Paronen ; Kristiina Volmari
Thessalonique : CEDEFOP, 05/2017. - 48 p.

Education and Training Monitor 2017 : Finland
European Commission ; Directorate General for Education and Culture
Luxembourg : Publications Office of the European Union, 11/2017. - 15 p. - (Education and Training Monitor)

Building Skills For All : A Review of Finland - Policy Insights on Literacy, Numeracy and Digital Skills from the Survey of Adult Skills
OCDE - Organisation de coopération et de développement économiques ; Pauline Musset
Paris : OCDE, 12/2015. - 100 p. - (OECD Skills Studies)

Finnish National Agency for Education - EDUFI = Opetushallitus Utbildningsstyrelsen
EDUFI - Finnish National Agency for Education [anciennement appelée FNBE - Finnish National Board of Education]

Mis en ligne le 15 juin 2018

Twitter

Publicité
Cegos"
Afnor
Catalogue de l'offre de formation Centre Inffo - 2017-2018 Catalogue produits et services 2018