En cours de mise à jour

Chypre


Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne dans le cadre du réseau Euroguidance



Avec un produit intérieur brut par habitant de plus de 16 000 ’, Chypre est le plus riche des nouveaux pays entrants dans l’Union européenne.
Il a connu, entre 1995 et 1999, une croissance supérieure à celle de la moyenne européenne (4% contre 2.4 %). Le poids du tertiaire et notamment du tourisme dans l’économie est particulièrement fort (environ 35 % du PIB) et le taux de chômage reste faible.

Le ministère de l’éducation et de la culture, créé en 1964, est en charge de la formation générale et professionnelle. Les instituts publics et privés (relativement nombreux), qui attribuent le school leaving certificat ou d’autres diplômes sont contrôlés par ce ministère.
Le ministère du travail et de l’assurance sociale gère des instituts professionnels, tels que l’institut supérieur technique, le centre cypriote de productivité, etc.

Deux lois fondent le système de formation initiale et continue de Chypre :

  • la loi sur l’apprentissage de 1966, qui attribue la responsabilité du système d’apprentissage au ministère du travail et de l’assurance sociale.
  • la loi sur le développement des ressources humaines de 1999, qui réglemente le fonctionnement de l’autorité du développement des ressources humaines (HRDA).

Le HRDA est un institut indépendant, tripartite, supervisé par le ministère du travail. Il est financé sur la base d’un prélèvement des employeurs sur leur masse salariale (0.5%) et a pour mission de développer le système de formation professionnelle et la création des infrastructures nécessaires.

Quelques données statistiques

Source : Eurostat
*Données non validées

Schéma du système éducatif chypriote (version anglaise)

La formation initiale

L’école maternelle est facultative et payante.

La scolarité est obligatoire pendant 9 ans et comprend l’enseignement primaire, de 6 à 12 ans et l’enseignement secondaire inférieur dans un Gymnasia ( établissement secondaire inférieur général), jusqu’à 15 ans. A la fin de l’enseignement secondaire inférieur, les élèves reçoivent un certificat de fin d’études.

Après 15 ans, les élèves peuvent, s’ils ont obtenu le certificat :

  • préparer un diplôme d’enseignement général dans un lycée, pour 86,3 % d’entre eux en 2002/2003,
  • s’orienter vers une école technique qui propose deux types de filières : une filière technique et une filière professionnelle. La majorité des élèves (76% d’entre eux en 2002/2003), choisit la filière professionnelle qui comporte des périodes en entreprise, un jour par semaine, au cours de la 3ème année. La proportion des élèves qui suivent une enseignement technique ou professionnel est une des plus basse d’Europe.

L’enseignement secondaire supérieur se finalise en 3 ans par l’attribution d’un school leaving certificat. Le school leaving certificat est attribué par chaque établissement sous l’autorisation du ministère de l’éducation et de la culture.

L’enseignement supérieur

L’obtention du school leaving certificat est une condition préalable pour entrer dans l’enseignement supérieur. Compte tenu de la limite des places, les élèves doivent passer un examen de sélection, organisé par le ministère de l’éducation et de culture. En 2003, 64 % des diplômés de l’enseignement secondaire continuaient leurs études, 41 % à l’étranger et 23 % à Chypre.
La moitié des étudiants part étudier à l’étranger et une proportion non négligeable d’entre eux reste expatriée deux ans après la fin de leurs études (de 15% à 25 % selon les diplômes).

L’enseignement supérieur est dispensé par :

  • Trois universités
  • Sept écoles supérieures spécialisées

L’apprentissage

L’apprentissage dure deux ans et est proposé aux jeunes, âgés de 14 et 18 ans, qui n’ont pas réussi le 1er cycle du secondaire. Il est organisé sous la double responsabilité des ministères chargés de l’Education et du travail, dans le cadre d’un contrat de travail signé entre l’entreprise, le jeune et ses parents. Les jeunes passent 3 jours par semaine en entreprise et 2 jours à l’école technique.
L’autorité du développement des ressources humaines (HRDA) rembourse aux entreprises la part des salaires correspondant aux heures de cours dispensés par les écoles techniques.
Le système attire de moins en moins de jeunes, malgré une réforme conduite en 2001. Un des objectifs du gouvernement est la revalorisation de cette filière.

La formation continue

Le système de formation continue, bien établi, concernait en 2003, 7.9 % de la population âgée de 25 à 65 ans, contre 10. % pour la moyenne des 25, qui est l’objectif pour 2006.
Le HRDA, en est l’acteur principal. Il subventionne 50% des dépenses de formation dans les entreprises de plus de 250 salariés et 70 % de ces dépenses, pour celles qui en comptent au plus 249. Une participation financière modeste reste à la charge des stagiaires pour certaines formations.

La formation des salariés

Les entreprises du secteur privé financent le HRDA par une taxe, égale à 0.5 % de la masse salariale. On estime par ailleurs, qu’elles dépensent 1 à 1.5 % supplémentaire, pour la formation de leurs salariés.
Divers programmes sont organisés par le HDRA :

  • formations en entreprise qui visent à satisfaire les besoins de formation des employés,
  • formations multi ’ entreprises, mises en place par des organismes de formation, en coopération avec les entreprises.
  • formations en entreprise à l’étranger, réalisées en particulier dans le domaine des nouvelles technologies et du management.

Ces programmes ont bénéficié à 33 140 personnes en 2003

La formation des demandeurs d’emploi

Compte tenu du faible taux de chômage, le système de formation est traditionnellement orienté vers l’accroissement de la qualification des salariés. Différents programmes ont cependant été mis en place récemment pour des jeunes sans emploi ou pour des adultes souhaitant se reconvertir dans le secteur du bâtiment, de la restauration et des nouvelles technologies de l’information. Les femmes sont par ailleurs encouragées à se positionner sur le marché du travail.

L’offre de formation

Le ministère de l’Education gère :

  • les écoles secondaires générales du soir et les écoles techniques, qui organisent des programmes qui permettent aux jeunes ayant interrompu leur formation formelle d’obtenir le school leaving certificat,
  • les écoles techniques qui proposent des formations professionnelles très diverses, de 30 heures à 3 ans, de tous niveaux,
  • les centres de formation des adultes, 250, organisent des cours très variés, visant le développement personnel ou professionnel.

Le ministère du travail est responsable du centre de productivité de Chypre ou d’autres instituts de formation professionnelle supérieure.

Par ailleurs, des centres privés de formation (environs 160 en Chypre) proposent les programmes de formation aux entreprises.

Liens

  • CEDEFOP (Centre européen pour le développement de la formation professionnelle)

Démarche à suivre pour accéder à la présentation du système de formation professionnelle de Chypre :

  1. Enregistrez-vous préalablement sur le "LOGIN" de la page d’accueil : www.trainingvillage.gr
  2. Accédez à la rubrique « systèmes nationaux de FEP »
  3. Consultez les rapports synthétiques « thematic overviews » ou détaillés par rubriques « detailled thematic analyses »
  • EURYDICE : www.eurydice.org
    Vous pouvez aller à l’information sur les systèmes nationaux d’éducation en cliquant sur la carte ou sur le bouton "Summary Information" Eurydice

Bibliographie

  • Monographs candidate countries ’ vocational education and training and employment services in Cyprus : European Training Foundation, 2003
  • Summary sheets on education systems in Europe ’ Cyprus : Eurydice, 2003.
A OPEN
Population totale (en 2003) : 730 400
Taux de chômage (en 2004) : 3.6 %
PIB par habitant (en 2004) : 83 % de la moyenne de l’Europe des 25
Accroissement du PIB en volume (2004/2003) : 3.8%
Taux d’inflation (en 2005) : 2.0%
Mis en ligne le 9 mars 2006

Twitter

Publicité
Cegos"
Afnor
Catalogue de l'offre de formation Centre Inffo - 2017-2018 Catalogue produits et services 2018