Le programme Erasmus +

JPEG - 9.4 ko

En favorisant les projets de mobilité et de coopération en Europe, le programme Erasmus +, résolument inscrit dans la Stratégie Europe 2020, doit permettre de renforcer les compétences de tous pour une meilleure employabilité, de soutenir l’innovation au sein établissements et organismes d’éducation et de formation et leur internationalisation, de promouvoir une utilisation transparente et cohérente au niveau européen des outils de reconnaissance et de validation compétences, de favoriser la coopération entre pays européens et non-européens.

Pour ce faire, le programme Erasmus + se décline en 3 actions, dites ’actions clés’ :

Action clé 1 - La mobilité à des fins d’apprentissage

Les mobilités d’études et professionnelles au sein de l’Europe sont renforcées, à tous les âges de la vie et pour tous les niveaux de formation. Certaines de ces mobilités pourront s’effectuer depuis et vers les pays partenaires (pays hors Europe) pour l’enseignement supérieur et le secteur jeunesse.
Sont concernés :
• les membres des équipes éducatives et les personnels (scolaire, enseignement supérieur, éducation adultes, formation professionnelle) : pour période de formation et missions d’enseignement.
• les étudiants : pour période d’étude ou de stage en entreprise
• les jeunes en formation professionnelle : pour stages en entreprise
• les jeunes hors du système éducatif : pour actions de volontariat (individuel ou en groupe)
• les professionnels et décideurs du secteur de la Jeunesse
Les Masters conjoints s’intègrent également dans cette action-clé.

Action clé 2 - Coopération pour l’innovation et l’échange de bonnes pratiques

Les projets de coopération internationale et le partage d’expériences entre institutions sont renforcés. Tous les secteurs sont concernés : l’enseignement scolaire, supérieur, la formation professionnelle, l’éducation adultes et le secteur jeunesse.

Quatre types de partenariats sont proposés :
• Les projets de coopération soutiennent la mise en place, le développement ou le transfert de pratiques innovantes en s’appuyant sur des coopérations entre acteurs de l’éducation et de la formation, de la société civile, ou issus des secteurs socio-économiques. Pour un impact plus important, activités de mobilité et actions de coopération peuvent se compléter au sein du projet.
• Les alliances de la connaissance sont des partenariats de grande envergure entre des établissements d’enseignement supérieur et des entreprises. Ce rapprochement avec le monde de l’entreprise doit permettre de moderniser les établissements en générant encore plus d’innovation, de créativité et en adaptant les qualifications aux évolutions de l’emploi.
• Les alliances sectorielles permettent des coopérations entre les établissements de formation professionnelle et les entreprises : création de nouvelles filières, modernisation des pratiques de formation, innovation sociale, etc.

La coopération internationale avec les pays hors Europe est renforcée et a pour but la modernisation des établissements d’enseignement supérieur, la réforme des modes de gouvernance et des programmes d’enseignement, le renforcement des liens entre l’enseignement supérieur et la société, etc. Sont concernés : les pays du voisinage européen, la Russie, les pays d’Amérique latine, d’Asie et de la zone Afrique-Caraïbes-Pacifique.

Les plateformes informatiques (dont l’initiative e-twinning pour le jumelage électronique) renforcent le travail en réseau.

Action clé 3 - Soutien à la réforme politique

La réforme politique a pour but de renforcer les outils et instruments mis en place pour faciliter la mobilité en Europe ainsi que la coordination Etats membres de l’Union dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse.

Deux actions spécifiques, l’initiative Jean Monnet qui favorise l’enseignement, la recherche et le débat sur l’histoire, la politique, l’économie, le droit, etc, de l’Union européenne et la coopération dans le domaine du sport complètent ce nouveau programme.

Les porteurs de projets peuvent aussi consulter la plateforme Pénélope + afin de disposer d’informations complémentaires.

Les pays éligibles

Le Programme Erasmus + est ouvert aux pays suivants :

  • 1/ Les pays participant au programme :
    • Les pays membres de l’Union européenne
    • Islande, Liechtenstein, Norvège, Turquie, Ancienne République Yougoslave de Macédoine
    Concernant les projets de mobilité, seuls les organismes d’un pays participant au programme peuvent être candidats à l’action-clé 1 Mobilités. De même seuls les organismes d’un pays du programme Erasmus + peuvent accueillir une mobilité dans le cadre de cette action.
    Pour le secteur de l’enseignement supérieur, des mobilités hors Europe seront possibles à partir de 2015 selon des conditions spécifiques.
  • 2/ Les pays partenaires :
    • Les pays du voisinage européen à l’Est (Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Moldavie, Ukraine) et au Sud (Algérie, Maroc, Tunisie, Lybie, Egypte, Palestine, Jordanie, Israël, Liban, Syrie), les Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Serbie), la Russie
    • Les pays du monde entier : Amérique, Asie, zone Afrique - Caraïbes - Pacifique
    Les organismes des pays partenaires peuvent prendre part à certaines actions du programme selon conditions spécifiques.
    Pour le secteur de l’enseignement supérieur, des mobilités depuis et vers les pays partenaires seront possibles à partir de 2015.
    Dans le cas des projets de coopération, les organismes de pays partenaires peuvent être partenaires du projet mais ne peuvent pas être coordinateurs. Ils ne peuvent pas non plus accueillir de mobilités apprenantes dans le cadre de ces partenariats.

Pour compléter le programme Erasmus +, d’autres dispositifs existent : Europass / ECVET / EPALE / AEFA.

Plus d’informations concernant le programme Erasmus + sur le site de l’Agence Erasmus + France / Education Formation.

Source : Agence Erasmus + France / Education Formation, janvier 2017

Mis en ligne le 9 janvier 2017

Twitter

Publicité
Afnor - Reforme 2016
Fiches