Accueil > Union Européenne & formation > Actualités > L’Union européenne encourage la mobilité en matière de (...)
PNG - 4.2 ko

Cette page bénéficie d’un financement de la Commission européenne
dans le cadre du réseau Euroguidance

L’Union européenne encourage la mobilité en matière de formation et d’enseignements professionnels

Encourager la mobilité dans le cadre de l’enseignement et de la formation professionnels constitue l’un des trois grands thèmes de la Semaine européenne des compétences professionnelles [1]. Le sujet a d’ailleurs fait l’objet d’une table ronde lors de l’ouverture des trois journées de conférences et d’échanges organisées par la Commission européenne à Bruxelles, du 22 au 24 novembre, dans le cadre de cette semaine consacrée à la promotion de la formation et de l’enseignement professionnels.
Compétences du 21ème siècle

Comme le souligne Fons Leroy, directeur général du service public de l’emploi de la Région flamande en Belgique, dans un monde où les métiers se transforment rapidement sous l’effet des nouvelles technologies, la priorité c’est de « permettre aux actifs d’acquérir les compétences du 21ème siècle » : agilité, flexibilité, etc. Le fait de se former dans un autre pays peut y contribuer, selon lui.

Ingo Peter Thomas, du groupe Bosch, souligne les bénéfices de la mobilité en matière de formation professionnelle : « partir à l’étranger même pour une courte période ouvre de nouvelles perspectives parce que cela implique de sortir de sa zone de confort ». Très actif en matière d’alternance, le groupe industriel encourage ses apprentis dans cette voie. Sur les 5 000 apprentis employés en Allemagne, un tiers passe un mois à l’étranger. Plus récemment, le groupe a proposé à des apprentis espagnols de se former pendant trois et demi en Allemagne, un projet pilote qui vient d’être renouvelé.
Mobilité et employabilité

Pour Rob Schuur, président de Noorderpoort, un établissement d’enseignement et de formation néerlandais, se former à l’étranger c’est apprendre à communiquer et à travailler dans un contexte international. C’est donc un atout en matière d’employabilité.

Dans ce contexte, l’ouverture récente du programme Erasmus + aux apprentis prend tout son sens. La Commission européenne entend aller encore plus loin dans cette voie, avec l’appel à propositions actuellement en cours. Doté d’un budget de 400 millions d’euros, ce projet vise à financer 50 000 bourses de « mobilité longue » (de trois à six mois), rappelle Norbert Schöbel de l’unité en charge des compétences et des qualifications au sein de la direction générale emploi, affaires sociales et inclusion de la Commission européenne.
Certifications communes

Un autre projet a été lancé dans le cadre du programme Erasmus +. Il consiste à établir des « certifications communes d’enseignement et de formation professionnels » afin là encore d’encourager la mobilité et l’employabilité. Cet appel à propositions doté d’une enveloppe de 6 millions d’euros a pour objectif de soutenir une vingtaine de projets.

Mais comme le souligne, Mika Saarinen, de l’agence nationale de l’enseignement en Finlande, dans une économie mondialisée, les initiatives du programme Erasmus + en matière de formation et d’enseignement professionnels doivent être accessibles aux entreprises internationales et favoriser la mobilité des stagiaires partout dans le monde.

Extraits : Le quotidien de la formation, 23 novembre 2017

Mis en ligne le 23 novembre 2017

Twitter

Publicité
Catalogue de l'offre de formation Centre Inffo - 2017-2018